tvlibertés : nous c'est vous
Accueil LIVRES Livres distribués par GUETTIER Thierry Bouclier : Qui suis-je ? Drieu La Rochelle

Thierry Bouclier : Qui suis-je ? Drieu La Rochelle

17,00 (port compris)

Pierre Drieu la Rochelle (1893-1945): « Si on refuse un combat, on ne peut qu’en engager un autre. On ne peut se dérober à la loi du combat qui est la loi de la vie. […] L homme n’existe que dans le combat, l’homme ne vit que s’il risque la mort. Aucune pensée, aucun sentiment n’a de réalité que s’il est éprouvé par le risque de la mort. » (Gilles.) Né en 1893 dans une famille bourgeoise, élevé entre un père et une mère qui se déchirent, étudiant malchanceux, soldat de la boue et des tranchées, suicidaire, amant constamment insatisfait, la vie de Pierre Drieu la Rochelle irrigue l’ensem­ble de son oeuvre littéraire. Ses poèmes, ses essais, ses nouvelles, ses pièces de théâtre et ses romans racontent toujours une part de lui-même. Du Feu follet (1931) à Gilles (1939), en passant par La Comédie de Charleroi (1934) et Rêveuse Bourgeoisie (1937), le lecteur suit sa destinée à travers des pages magnifiques, mais souvent désespérées. Dans les années 1920, ses amis les plus proches se nomment Louis Aragon, Gaston Bergery, Emmanuel Berl et André Malraux. Mais, habité par le spectre de la décadence (décrit dans Mesure de la France), conscient de la nécessaire unité des patries européennes (développée dans L’Europe contre les patries) et chantre d’un socialisme viril, il n’hésite pas à se proclamer fasciste au lendemain des évènements du 6 février 1934. Une profession de foi (exposée dans Socialisme fasciste) qui le conduira, à se perdre dans les méandres de la Collaboration. Le 15 mars 1945, il met fin à ses jours. Ceux qui l’ont connu surent souligner sa sensibilité, son élégance, son courage et son sens de l’amitié. Au fil des années ayant suivi son suicide, sa figure de dandy, errant sur les quais de la Seine, a donné naissance à un véritable mythe.

Description

Pierre Drieu la Rochelle (1893-1945): « Si on refuse un combat, on ne peut qu’en engager un autre. On ne peut se dérober à la loi du combat qui est la loi de la vie. […] L homme n’existe que dans le combat, l’homme ne vit que s’il risque la mort. Aucune pensée, aucun sentiment n’a de réalité que s’il est éprouvé par le risque de la mort. » (Gilles.) Né en 1893 dans une famille bourgeoise, élevé entre un père et une mère qui se déchirent, étudiant malchanceux, soldat de la boue et des tranchées, suicidaire, amant constamment insatisfait, la vie de Pierre Drieu la Rochelle irrigue l’ensem­ble de son oeuvre littéraire. Ses poèmes, ses essais, ses nouvelles, ses pièces de théâtre et ses romans racontent toujours une part de lui-même. Du Feu follet (1931) à Gilles (1939), en passant par La Comédie de Charleroi (1934) et Rêveuse Bourgeoisie (1937), le lecteur suit sa destinée à travers des pages magnifiques, mais souvent désespérées. Dans les années 1920, ses amis les plus proches se nomment Louis Aragon, Gaston Bergery, Emmanuel Berl et André Malraux. Mais, habité par le spectre de la décadence (décrit dans Mesure de la France), conscient de la nécessaire unité des patries européennes (développée dans L’Europe contre les patries) et chantre d’un socialisme viril, il n’hésite pas à se proclamer fasciste au lendemain des évènements du 6 février 1934. Une profession de foi (exposée dans Socialisme fasciste) qui le conduira, à se perdre dans les méandres de la Collaboration. Le 15 mars 1945, il met fin à ses jours. Ceux qui l’ont connu surent souligner sa sensibilité, son élégance, son courage et son sens de l’amitié. Au fil des années ayant suivi son suicide, sa figure de dandy, errant sur les quais de la Seine, a donné naissance à un véritable mythe.

preloader