fbpx
tvlibertés : nous c'est vous
Accueil Passé Présent Passé-Présent n°232 : le destin d’ Elizabeth II, raconté par Jean...

Passé-Présent n°232 : le destin d’ Elizabeth II, raconté par Jean des Cars

729

Philippe Conrad retrace la vie du colonel de La Rocque (1885-1946).

Héros de la 1ère guerre mondiale, François de La Rocque quitte l’armée en 1928. Entré l’année suivante aux Croix-de-Feu, il présidera de 1932 à 1936 ce mouvement fédérant des anciens combattants, qui comptera en 1936 jusqu’à 300.000 adhérents.

Le colonel de La Rocque dénonce les totalitarismes, le radicalisme de l’Action française, l’antisémitisme, respecte les institutions républicaines qu’il souhaite néanmoins selon son propos « purifier ». Il refuse aussi l’affrontement avec le Front Populaire qui, l’été 1936, a pourtant décidé la dissolution des Ligues, dont les Croix-de-Feu.

Il fonde alors le Parti Social Français, qui regroupera en 1939 près d’un million de militants et deviendra le premier parti politique de France, mais qui, faute d’échéances électorales, ne sera pas en mesure de constituer une force supplémentaire significative.

Loyaliste envers le Maréchal Pétain, hostile à de Gaulle, à Doriot comme à l’occupant, il entrera en résistance en 1942. Le PSF sera alors interdit par les allemands et son fondateur arrêté par la Gestapo le 09/03/1943. Libéré par les américains en mai 1945, La Rocque décédera des suites d’une intervention chirurgicale consécutive à ses deux années de détention, le 28/04/1946.

Anne Sicard clôt l’évocation des nombreuses tentatives du mythique passage maritime du nord-ouest arctique, avec enfin la réussite du norvégien Roald Amundsen.

Plus d’un demi-siècle après la dramatique expédition de John Franklin, un équipage composé de seulement six personnes choisies et conduites par l’explorateur Amundsen allait vaincre l’hostilité de la nature, les températures extrêmes, les pièges de la glace et être les premiers à trouver la route reliant les océans Atlantique et Pacifique.

Nourri des conseils du vainqueur de la traversée du Groënland Fridtjof Nansen, Amundsen appareille de la capitale norvégienne le 16/06/1903. Criblé de dettes (il a lui-même financé en grande partie l’expédition) mais croyant à sa bonne étoile, il bénéficie d’abord de conditions de navigation favorables, les glaces n’obstruant pas les chenaux, puis se liant avec les inuits et apprenant d’eux les techniques de survie, il parviendra à surmonter trois hivernages dans ces zones glacées avant de trouver et vaincre le passage en octobre 1905. Seul le plus jeune de ses coéquipiers, victime d’une pleurésie sur le chemin du retour en mars 1906, ne survivra pas à cette exceptionnelle aventure.

Le destin d’ Elizabeth II, raconté par Jean des Cars

Dans son 43è livre, Jean des Cars traite – pour la première fois – d’un personnage vivant. Sa biographie, très complète et richement illustrée, de la Reine Elizabeth nous fait mesurer les raisons de son indéniable prestige à travers le monde.

Soixante-sept ans se sont écoulés depuis son installation sur le trône en 1952, ce qui représente le règne le plus long de l’Histoire. Elle n’avait pourtant pas vocation à succéder à son oncle Edouard VIII, si ce dernier n’eut abdiqué.

Son sens de l’abnégation marquera une vie nourrie d’événements majeurs, car elle aura connu la guerre froide, la décolonisation, le brexit et, à titre personnel, des drames familiaux. Monarque du Royaume-Uni et de quinze autres états souverains dont elle a supervisé plusieurs changements constitutionnels, Elizabeth II aura, jusqu’ici, vu passer treize Premiers ministres, de Winston Churchill à Theresa May.

Par ses informations documentées et dans le style limpide que nous lui connaissons, Jean des Cars livre à ses lecteurs un nouveau et enrichissant ouvrage, et aux téléspectateurs de TVL une synthèse maîtrisée du sujet en réponse aux questions de Philippe Conrad.


related_posts('no_sidebar');?>
preloader