fbpx
tvlibertés : nous c'est vous
Accueil Passé Présent Passé Présent n° 230 : Charles Maurras, le nationaliste intégral

Passé Présent n° 230 : Charles Maurras, le nationaliste intégral

1200

Dans ce nouveau numéro de Passé-Présent, Philippe Conrad reçoit le Professeur Olivier Dard qui réédite sa biographie de Charles Maurras : Charles Maurras, le nationaliste intégral. (Editions Echo).

Grande figure intellectuelle du XXè siècle, Maurras grandit en Provence. Orphelin tôt, sourd dès l’enfance, autodidacte (il ne peut suivre aucun cours), boulimique de lectures, ambitieux, il correspond avec Maurice Barrès mais, contrairement à son aîné, rejette le système républicain. Il voyage en Grèce en 1896 à l’occasion des Jeux Olympiques, se mobilise dans l’affaire Dreyfus, crée l’Action française en 1908, journal qui connaîtra un écho profond pendant des décennies. Théoricien de la décentralisation, il proposera une restauration monarchique, mais fondamentalement élitiste il ne comprendra pas l’influence des masses.
De sensibilité gréco-latine, il n’assimilera jamais le culte de la force, ni de la guerre, et observera toute sa vie une germanophobie exarcerbée. Pendant l’occupation, le père de l’Action française sera confronté à des dissidences parmi ses proches, avant d’être victime d’un procès politique en 1945. Il s’éteindra sept ans plus tard à la clinique de St-Symphorien-lès-Tours.
Et au programme chargé de ce magazine :

Philippe Conrad trace le parcours de Gustave Courbet, à l’occasion du bi-centenaire de la naissance du peintre (1819-1877).

Le futur chef d’école du réalisme est né au coeur de la Franche-Comté, à Ornans. Peu porté sur les études, n’appréciant guère que le dessin, il accentuera ses dispositions artistiques au collège royal de Besançon avant de rallier Paris en 1839 dans le but de copier les maîtres au Louvre. Davantage sensible aux peintures espagnole et hollandaise plutôt qu’à l’école italienne, il n’effectuera pas, comme le veut la coutume, le voyage à Rome. Après avoir essuyé un refus au Salon de 1841, il lui faudra patienter jusqu’en 1844 pour qu’une de ses toiles soit acceptée. Il voyagera aux Pays-Bas pour y étudier les maîtres néerlandais autour de Van Ostade. Une médaille au Salon de 1849 le récompensera, d’autant que la même année l’Etat français acquiert une de ses huiles. Négligeant les genres mythologique, historique, religieux alors en vogue, il connaîtra le succès en brossant des scènes paysagistes et des portraits réalistes, tels l’Enterrement à Ornans (1851), les Cribleuses de blé (1855), le Sommeil (1866).
Courbet s’intéressera à la politique. Farouche républicain, il s’opposera au second empire. Bien que n’en étant pas l’organisateur, on le considérera responsable du déboulonnage de la colonne Vendôme, ce qui aura pour conséquence de compromettre sa carrière picturale. Réfugié en Suisse en 1873 afin d’échapper à l’emprisonnement, il y terminera ses jours le 31/12/1877. Sa dépouille sera transférée à Ornans en 1919.

Anne Sicard poursuit l’historique des tentatives maritimes chargées de trouver le point de passage du Nord-Ouest arctique. Après une première émission, elle évoque aujourd’hui la tragédie de l’expédition Franklin (1845-1848).

18 mai 1845 : 134 hommes partent d’Angleterre à bord de deux navires, l’Erebus et le Terror, placés sous le commandement du britannique John Franklin, mais l’enfer blanc aura raison d’eux. En 1848, toujours sans nouvelles des équipages, des recherches furent entreprises, suivies de bien d’autres. Au total, onze expéditions et cinquante-deux navires seront nécessaires pour retrouver des traces de ces pionniers, et ce jusqu’à nos jours puisque l’Erebus fut localisé près de l’île Victoria en 2014, et le Terror en septembre 2016, par 24 mètres de fond.
Anne Sicard évoque le destin de ces hommes qui butèrent sur le mythique passage du Nord-Ouest, ce graal géographique qui ne cédera que cinquante-cinq ans plus tard. Cela fera l’objet d’une 3è émission.








J'accepte de recevoir des emails de TVLibertés

related_posts('no_sidebar');?>
preloader