fbpx
tvlibertés : nous c'est vous

INFO EN CONTINU

Des députés de quatre groupes politiques, dont certains LRM, vont déposer jeudi une proposition de loi en faveur d’un monopole d’Etat pour la production et la vente du cannabis en France.

Un monopole d’Etat pour la production et la vente de cannabis. Des députés de quatre groupes politiques, dont certains du parti présidentiel, prônent une « légalisation contrôlée » du cannabis, dans une proposition de loi transmise mardi 18 juin à la presse.

« La constitution d’un monopole pour la production et la vente du cannabis par la création d’une société nationale, la SECA (Société d’exploitation du cannabis), permettra de réguler la production et la vente tout en contrôlant la consommation », estiment ces députés.

Le Monde

Le Premier ministre Edouard Philippe l’a annoncé dans son discours de politique générale: la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les femmes seules est en Marche. Conscient que beaucoup de Français sont opposés à cette mesure, le ministre de la Santé, Agnès Buzyn, chargée de porter le texte de bioéthique, fait profil bas.

Faire profil bas pour faire passer la PMA. L’objectif de l’exécutif est à peine camouflé. Inquiet de voir se reformer les mouvements de la Manif Pour Tous (LMPT), le gouvernement mise sur un prétendu apaisement pour élargir la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, y compris célibataires.

Le ministre de la Santé, Agnès Buzyn, chargée de présenter le texte de loi sur la bioéthique l’a déjà dit: elle ne veut pas faire de ce volet un étendard. Au contraire, l’ancienne belle-fille de Simone Veil, figure de proue de la loi sur l’avortement de 1975, ne veut pas attiser les oppositions. Une stratégie à l’inverse de celle de l’ancien Garde des Sceaux, Christiane Taubira, pour la loi sur le mariage homosexuel.

Si la discrétion et la mesure semble être de rigueur, c’est en partie parce que la majorité entend compter sur le soutien d’une partie des députés de droite… En effet, les résultats catastrophiques des Républicains aux dernières élections européennes, avec une tête de liste identifiée comme conservatrice d’un point de vue sociétal, poussent de nombreux républicains à mettre la pédale douce sur les sujets de bioéthique et même pourquoi pas à voter avec le parti présidentiel.

A la manière d’Edouard Philippe, le premier ministre issu des rangs de la droite, beaucoup de Républicains pourraient donc retourner leur veste en toute discrétion. Beaucoup ont donc intérêt à éviter les débats publics trop virulents les obligeant à sortir du bois. L’exécutif se plaît d’ailleurs à considérer que ces sujets ne sont plus des marqueurs d’appartenance à la gauche ou à la droite. 

Le gouvernement table donc sur un débat apaisé pour faire passer le texte en douceur. Pour autant, nombreux seront les sujets à évoquer. Agnès Buzyn a déjà fait savoir qu’elle espérait un remboursement de la sécurité sociale de ce procédé de procréation afin qu’il soit véritablement ouvert à toutes… et à la charge de tous…

En revanche, les récentes études scientifiques démontrant que les enfants issus de PMA sont susceptibles de développer davantage de problèmes de santé et de fertilité que les enfants nés naturellement n’ont pas été évoquées… A croire que l’avenir de cette génération d’enfants sans père n’est pas la priorité de l’exécutif…

Ce sujet sera abordé lors du JT de TV Libertés de ce soir

L’ancien conseiller en stratégie politique de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, était l’invité de David Pujadas, sur LCI, le 12 juin dernier. Comme toujours, il a délivré aux téléspectateurs, peu habitués à un tel brio intellectuel, une analyse politique fondée sur une solide connaissance de l’histoire de notre pays. Selon lui, il faut aujourd’hui réunir tous les populistes, et « Le vrai clivage est aujourd’hui entre libéraux et anti-libéraux ».

La liberté de la presse menacée par Nicole Belloubet ?

Samedi 15 juin, veille de la fête des pères, l’association « Trace ta route » organisait une course dans les rues de Bordeaux intitulée #BougePourTonPère. Cet évènement avait le soutien de La Manif pour Tous et des Associations familiales catholiques et avait pour but de « rappeler qu’un père est irremplaçable et que tous les enfants, qu’ils soient nés par PMA ou non, ont le droit d’avoir un père et une mère et d’être, dans la mesure du possible, élevés par eux (Art.7 Convention Internationale des Droits de l’Enfants signée par la France). La volonté d’effacer le père, de fabriquer des enfants orphelins de père pour toujours, engendrerait une inégalité entre enfants dès la naissance ».

Des tags anti-catholiques sur les murs de Bordeaux

À quelques heures de la course, de nombreux tags pro PMA et anti-catholiques (« tous les catholiques sont des bâtards ») ont alors fleuri dans les rues de Bordeaux, sur de nombreuses maisons du centre-ville, dans le quartier Saint-Seurin. A voir les réactions sur les réseaux sociaux, il n’est pas évident que ce type d’action conforte les arguments des partisans de la PMA pour les femmes homosexuelles.

Infos Bordeaux

Selon une enquête réalisée pour l’émission Zembla, diffusée le vendredi 17 mai aux Pas-Bas, l’association World Wide Fund for Nature (WWF) serait impliquée dans des programmes de stérilisation de force des populations vivant autour de parcs nationaux en Afrique et en Inde.

Atlantico« D’après l’enquête, le WWF considère que la surpopulation est un danger pour la nature et qu’il faut réduire le nombre de naissances autour des zones protégées. l’émission révèle que l’association, associée à l’agence américaine USAID et la société pharmaceutique Johnson & Johnson, a installé des camps sanitaires dans plusieurs endroits du monde incluant une fonction de « planning familial ».

Zembla est parvenue à faire témoigner un médecin ayant participé à une campagne de stérilisation de populations indigènes en Inde. Il estime que l’inde « a un problème d’explosion démographique » et qu’il est donc nécessaire « d’encourager plus d’hommes à se faire stériliser ». Il explique notamment que l’un des moyens de convaincre les hommes est de leur expliquer que les relations sexuelles leur procureront toujours autant de plaisir lorsqu’ils seront stérilisés. »

Sans commenter ces informations, WWF Pays-Bas a confirmé l’existence de trois programmes de « planning familial » au Cameroun, au Congo et en Ouganda. Toujours d’après l’enquête, WWF financerait même des groupes paramilitaires qui auraient pour instruction de « tirer à vue » afin de « tuer les intrus » dans les zones protégées.

Source : Atlantico

« Keep America Great » c’est le slogan qu’a choisi le président Donald Trump pour lancer sa campagne électorale de 2020. C’est en Floride que le pensionnaire de la Maison Blanche a entamé les hostilités en montrant déjà les signes d’une campagne résolument offensive, ce qui a fait son succès en 2016 avec toujours ses thèmes de prédilections et des attaques ciblés contre ses opposants et les médias qui lui sont hostiles. Ainsi, CNN a même coupé sa diffusion du meeting d’ouverture du candidat quand ses supporter ont repris en cœur « CNN sucks » comprendre poliment « CNN c’est nul ».

Une campagne qui démarre sur les chapeaux de roue dans un État de Floride qui n’a pas été choisi au hasard puisqu’il s’agit d’un « swing state », un « Etat Pivot », comprendre un territoire qui vote tantôt républicain tantôt démocrate et qui sont en quelques sorte les faiseurs de rois étasuniens.

Confiant, le président D. Trump promet un séisme électoral en sa faveur accompagné de son épouse Melania et de son vice-président Mike Pence. Pour remporter une élection, il faut avant tout s’assurer le soutien de sa base, ce que le président républicain a bien compris, d’où le lancement des hostilité de manière débridée. Une manière aussi de mettre la pression sur un camp démocrate divisé et qui va devoir se trouver un champion apte à rendre coup pour coup à Donald Trump.

Les démocrates justement en ont pris pour leur grade lors de cette première étape de campagne, le président n’hésitant pas à affirmer que voter pour un de leur candidat c’est « voter pour la montée du socialisme radical et la destruction du rêve américain »… la ficelle est un peu grosse tant ses opposants semblent bien loin des standards du socialisme mais la rhétorique plaît à son public ! Outre Atlantique, Donald Trump ne laisse personne indifférent et il entend bien jouer sur les passions qui l’entourent entre des opposants qui lui vouent une véritable haine et des soutiens populaires qui l’adulent.

Fort d’un bilan économique flatteur, le président Trump a su faire baisser le chômage à un niveau historiquement bas ! Côté politique international, si le pensionnaire de la Maison Blanche maintient ses positions obtuses vis-à-vis de l’Iran et son alignement sur l’Etat hébreux… une position qui flatte les néo-conservateurs… tout en ne froissant finalement pas tant que ça les tenants d’une ligne isolationniste. En effet, sous son mandat, et en dépit de discours guerriers, les Etats-Unis ne sont pas entrés en guerre, Donald Trump se cantonnant à gonfler les muscles, faire des déclarations à l’emporte-pièce et imposer des restrictions économiques à Téhéran. Un bilan qui pourrait presque paraître pacifiste si en comparaison à ce que proposait la candidate va-t’en guerre démocrate Hillary Clinton pour qui la nation Perse était un ennemi à abattre.

Si la route sera encore longue pour une réélection, Donald Trump peut aujourd’hui espérer marcher dans la voie tracée par ses trois prédécesseurs : Barack Obama, George Bush et Bill Clinton qui étaient parvenus à faire la passe de deux. Reste à savoir qui les démocrates choisiront pour tenter de faire vaciller Donald Trump.

Ce sujet sera abordé lors du JT de TV Libertés de ce soir

preloader