tvlibertés : nous c'est vous
Accueil La France de Campagnol Christian Combaz : La France de Campagnol – Compil du 26 au...

Christian Combaz : La France de Campagnol – Compil du 26 au 30 juin 2017

Émission du

https://www.youtube.com/watch?v=U060eqqKBRw

Soumis au Qatar
On me dit un peu mystérieusement au café l’autre jour il y a un monsieur qui travaille au Qatar et qui voudrait vous voir, il s’en va après demain il voudrait vous parler. Au début vous vous dites on est à Campagnol un type qui travaille au Qatar je le connaîtrais mais finalement renseignement pris c’est le concubin, le fiancé, assez récent c’est pourquoi je ne le connais pas, d’une fille intelligente qui travaille dans l’humanitaire et qui est originaire d’ici, le type est professeur ou parent d’élève au lycée français de Doha, j’ai pas compris, et le lendemain je vois arriver un gars frisé entre deux âges qui me dit vous avez certainement lu dans la presse que le Qatar est mis au ban des nations en ce moment pour faits de terrorisme, je voudrais vous parler de l’extraordinaire inconséquence de la France. Ah bon pourquoi ? Et là il me sort son téléphone pour me montrer des photos d’un bâtiment en rez de chaussée tout blanc à l’arabe, avec des palmiers. Il m’a même montré un site internet avec une animation, le site s’appelait bonaparte2018.

Pré-remplissage
Nous avons un policier municipal à Campagnol, enfin je précise,il est à la fois retraité et il vient de la ville voisine car campagnol est trop petit pour avoir un policier mais il possède une petite maison à l’entrée du pays. Si je mentionne son emploi, son dernier emploi avant la retraite, c’est pour montrer qu’il s’agit d’un homme aux revenus modestes, qui n’a donc pas grand chose à cacher, et qui m’a raconté au café avoir été à l’origine d’une quasi émeute à la perception oui au centre des impots. Le gars ne veut pas déclarer ses impôts par internet et c’est son droit. Il me dit que c’est scandaleux de penser que tout le monde a un ordinateur, que ce n’est pas inscrit dans la déclaration des droits de l’homme et il a raison. Il me dit qu’ils essaient de fabriquer une humanité nouvelle qui n’existe pas et qui n’existera jamais et il a raison. Il me dit que si une panne informatique générale se déclarait l’état français serait par terre en un mois et il a raison là encore. Il me dit qu’il a travaillé dans l’informatique et que ce n’est pas l’ordinateur qui l’énerve, mais le fait que l’administration lui demande de faire son travail de plus en plus pour l’assujettir. Et il a raison.

Attouchements ou fantasmes?
Voilà un monsieur qui chancelle, qui vacille, qui se rattrape au dossier des fauteuils, à l’encadrure des portes. Il a dû céder la place à d’autres personnes pour s’occuper de son épouse, puis son propre état a réclamé une assistance pour lui-même, certes pas tout à fait du même genre, mais en rapport avec son manque d’équilibre, notamment quand il veut prendre une douche. Je ne vous fais pas de dessin mais la douche et l’un des moments où la perte d’équilibre est la plus délicate, et où votre col du fémur est très exposé. S’il faut enjamber un bac de douche, on voit le tableau, on imagine le geste, et si l’on trébuche on imagine les dégâts aussi. Eh bien figurez-vous que le bureau administratif du département, qui chapeaute le personnel, le personnel féminin, procède régulièrement à des questionnaires du genre de ceux qu’on attribuait autrefois aux curés vicelards dans les confessionaux. Vous êtes sûre qu’il ne vous touche pas pendant l’opération ?

Un coeur simple
Le type dont je vais vous parler est mort il y a trente ans mais j’y pense encore, d’ailleurs il n’aurait pas pu vivre aujourd’hui parce qu’il avait du mal à s’en sortir à l’époque de François Mitterrand c’est vous dire. Déjà il portait un prénom devenu ridicule, il s’appelait Hyacinthe, et je sais pas si vous imaginez une employée administrative de base aujourd’hui aux prises avec un vieux monsieur qui a du poil aux oreilles et qui s’appelle Hyacinthe mais rien que d’y penser ça me fait un peu de peine. En tout cas ce vieux monsieur célibataire, âgé d’environ 80 ans, était un vrai poète qui circulait avec un vélo entièrement peint en rouge jusqu’aux pneus et quand je lui ai demandé pourquoi il m’a répondu parce qu’il me restait de la peinture.Il avait une grande barbe blanche et il disait volontiers, parce qu’il était très chrétien : « nous ne sommes ici que de passage ». Et quand on le voyait avec sa barbe son bleu de travail, son vélo rouge, ses six cents francs par trimestre de retraite agricole, on se réjouissait au fond qu’il ne soit que de passage parce que le voyage a dû lui paraître assez long. En fait il a été trop long, ce voyage, de quelques mois parce que l’aide à domicile en milieu rural s’est occupée de lui, c’était dans les débuts du système, ils prenaient n’importe qui. Parmi les filles qui venaient faire le ménage chez les vieux, il y avait vraiment des cinglées. Malheureusement il est tombé sur l’une d’elles qui a prétendu un jour qu’il avait la main baladeuse. Du coup l’affaire a fait scandale en tout cas suffisamment pour lui faire beaucoup de mal, alors que dans le pays, tout le monde se doutait que sa main n’avait pas dû se balader bien loin . Pourquoi ? Parce que, enfin comment dire, son célibat s’expliquait très bien, je veux dire s’expliquait non par le fait qu’il n’avait pas trouvé de femme, mais par le fait qu’il n’en avait pas tellement cherché.

Ils sont partout
Ce pouvoir donne, quand ça lui chante, trois de tes photos à analyser à un robot. Il lui dit cherche moi tout ce qui concerne ce type là sur internet pendant huit semaines. J’ai objecté un peu sans y croire si tu n’as rien à te reprocher où est le problème ? Le problème m’a t-il dit, c’est que tout le monde a toujours quelque chose à se reprocher si tu cherches bien.Tu as vu le nombre de candidats aux élections à qui on a trouvé un truc ? Et moi j’ai naturellement répondu : pour la plupart c’est qu’il y avait des trucs à trouver. Alors il me dit je peux te prouver qu’on arrive à faire tomber qui on veut. Parce qu’une fumée sans feu ça se fabrique. Et là j’ai pas aimé le « on ». Il prouvait que j’avais affaire à une sorte d’ancien espion, d’ailleurs tout le monde l’a soupçonné il y a dix ans de faire partie des Renseignements généraux. Il me dit c’est assez simple, tu fais écrire quelque part par quelqu’un, que ton ennemi a été la proie de rumeurs d’antisémitisme par exemple qui se sont révélées sans fondement . Mais là-dedans le fondement n’a aucune importance. Le problème c’est que pour les indexeurs de Google tu as associé le nom de quelqu’un au mot antisémitisme et ça va rester.C’est le but. C’est la même chose qu’une mise en examen. Tu n’as rien fait mais on s’en fout il suffit de te mettre en examen. Tu seras lié à ces mots-là dans Google jusqu’à ta mort et même après.


related_posts('no_sidebar');?>
preloader
TVL

GRATUIT
VOIR