Wagner : campagne sur internet

4936

Le groupe de mercenaires Wagner utilise comme tout le monde internet et les réseaux sociaux pour faire sa promotion, notamment au Sahel où ils devraient intervenir aux côtés de la junte malienne.

Wagner utilise donc internet pour tisser sa toile et faire venir à lui et recruter des partisans et déstabiliser l’opération Barkhane menée par la France. Wagner est accusé de passer des informations vraies sur ses réseaux mais aussi des fake news, photos montages mixant le vrai et le faux et tâchant de déjouer les moteurs de recherche.

Depuis l’annonce par Reuters de l’implication prochaine des mercenaires de Wagner dans la guerre anti-terroriste du Mali, le nombre de followers a été multiplié par dix et le nombre de messages a augmenté de façon significative.

L’un des principaux comptes de Wagner sur l’application Télégram réunit plus de 60 000 membres russophones. Wagner s’y nomme “le revers de la médaille, communauté de mercenaires d’Afghanistan au Banistan”, ce dernier pays étant une pure invention afin de souligner le bannissement dont est victime Wagner à l’international.

Avec ses comptes Telegram, Twitter et Tik tok, les messages de Wagner arrivent ensuite sur Facebook où les réseaux africains anti-français sont légion. Facebook est le seul réseau utilisé en Afrique, où l’opinion publique “manque de maturité”, indique Louis-Marie de Courville, analyste chez Storyzy et spécialiste du Sahel.

CH