Violences et guets-apens : pompiers, la boule au ventre

385

Pièges, agressions, menaces… Que cachent les violences qui frappent les soldats du feu ? Enquête à Toulouse.

Le fourgon s’enfonce toutes sirènes hurlantes dans le Mirail, quartier redouté du sud de Toulouse (Haute-Garonne). Les six pompiers lorgnent ces tours blanchâtres avec défiance. « Dès qu’on met un pneu ici, on sait qu’on n’est plus maîtres de notre destin », justifie Mathieu, chef de groupe. Ce soir de mai, l’escouade de la caserne Jacques Vion intervient sur ce qui ne devait être qu’un banal feu de poubelles. Mais tout juste s’arrêtent-ils devant le vide-ordures qu’une bande d’adolescents surgit de sa planque, pavés en main. Pluie de pierres. « On se fait caillasser ! » crie le chauffeur en écrasant la pédale d’accélérateur. Des creux se forment sur la carrosserie. Les estomacs se nouent. Des policiers, arrivés en catastrophe, bombardent le secteur de grenades lacrymogènes. « Repliez-vous, on n’a plus de cartouches ! » hurle l’officier. Et les deux véhicules sérigraphiés de repartir aussi vite qu’ils sont venus. Mathieu soupire : « Voilà qui annonce la couleur pour la nuit… »

L’Express