Viktor Orban défenseur de l’Europe chrétienne ?

28

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a lancé sa campagne pour les élections présidentielles dimanche, qualifiant le scrutin de « bataille finale contre le nouvel internationalisme » de Bruxelles, qui transformerait l’Europe en continent de migrants.

Face aux bureaucrates de Bruxelles, M. Orban ne mâche pas ses mots : « Il y’a trente ans, nous pensions que nous avions jeté aux ordures pour de bon la pensée communiste qui avait déclaré la fin des nations, il semble que nous avions tort. De nouveau, ils proclament un monde sans nations, ils veulent des sociétés ouvertes et ils sont là de nouveau, ceux qui veulent balayer nos traditions et inonder nos pays de cultures étrangères ». Le Premier ministre hongrois ajoute : « L’immigration augmente la criminalité, en particulier contre les femmes, et laisse entrer le virus du terrorisme ».

Selon lui, la transformation des anciens pays chrétiens est « comme un voyage en TGV sans billet retour ».

Face au déclin démographique, Viktor Orban a annoncé un plan d’action en sept points sur la protection de la famille, avec notamment l’exonération d’impôts pour les mères de quatre enfants, des aides sociales pour les grands-parents qui gardent leurs petits-enfants, et la promesse de créer 21.000 places de crèches d’ici 2022.

Le Premier ministre a également qualifié l’opposition hongroise de « rassemblement de politiciens pro-immigration maintenu artificiellement en vie par George Soros et les bureaucrates européens ».

La Croix