Un tiers des habitants de Seine-Saint-Denis affirment avoir été victimes de discriminations en raison de leurs origines, selon un sondage

434

Selon une enquête Harris Interactive réalisée en 2019 et publiée ce 10 juin, un tiers des habitants de Seine-Saint-Denis affirment avoir été victimes de discrimination durant les cinq dernières années en raison de leur «origine» ou leur «couleur de peau» et 28% en raison de leur lieu de résidence. Plus de 80% des sondés estiment que la couleur de peau, la religion et le quartier d’habitation sont des facteurs de discrimination dans ce département, le plus pauvre de France métropolitaine.

81% des sondés «pensent qu’en Seine-Saint-Denis des personnes sont discriminées par la police et la justice. Un avis partagé par près de neuf jeunes sur dix», souligne l’étude. Les  sondés affirment avoir une «très forte attente» envers les pouvoirs publics et prônent à 95% l’éducation comme «le meilleur recours» dans la lutte contre les discriminations, souligne-t-elle.

RT