Un professeur menacé de mort après avoir défendu Samuel Paty témoigne

478

Didier Lemaire, enseignant depuis vingt ans à Trappes (Yvelines), est visé par des propos haineux depuis qu’il a rédigé une lettre à la suite de l’assassinat de Samuel Paty. « Ces attaques sont une manière de me désigner comme une cible », témoigne-t-il sur LCI.

(…) Mais plusieurs de ses élèves vont vite lui reprocher cette tribune« Dans une de mes classes, les réactions ont été très hostiles », poursuit le professeur. « Les élèves m’ont demandé pourquoi j’avais écrit une lettre contre eux. Je leur ai expliqué que j’avais écrit une lettre pour eux, pour les protéger. »

L’hostilité s’est ensuite propagée à toute la ville. « Le commandant de police m’a expliqué que Trappes était en ébullition, que la ville entière discutait de cette lettre », assure Didier Lemaire. « Beaucoup tenaient des propos haineux contre moi, m’accusant d’islamophobie, de racisme, de stigmatisation de cette population. Ces attaques, après l’assassinat de Samuel Paty, sont une manière de me désigner comme une cible. »

(…) Le professeur décrit surtout une situation qui s’empire dans sa ville. « J’enseigne à Trappes depuis vingt ans, j’ai eu le temps de voir l’évolution de cette ville, de voir mes élèves se transformer », continue le professeur. « J’ai écrit une lettre au président de la République en 2018. Depuis, j’ai vu plus de transformation à Trappes qu’en 18 ans. […] Il y a 20 ans, la synagogue brulait, les juifs puis un peu plus tard les Portugais s’en allaient (de Trappes). Aujourd’hui, ceux qui s’en vont sont les musulmans modérés et les athées. Il n’y a pas un seul coiffeur mixte à Trappes. Les femmes maghrébines ne peuvent pas entrer dans un café. »

(…) LCI