Un prétendu artiste de rue accusé de viols

218

Un artiste de rue parisien visé par le parquet de Paris ce mercredi 8 juillet. Wilfrid A. connu pour ses tags “L’amour court les rues” apposés un peu partout dans les rues de la Capitale, est poursuivi pour viols et agressions sexuelles. Selon les révélations du magazine “Néon”, une enquête est ouverte depuis le 26 juin dernier. Certains faits reprochés remontent toutefois à une dizaine d’années…
Si l’on s’en tient aux plaintes déposées, pas moins de 25 femmes, âgées aujourd’hui entre 19 et 49 ans auraient été agressées sexuellement par ce supposé artiste. Certaines victimes présumées étaient mineures au moment des faits.

Un stratagème bien huilé

Les femmes racontent toutes le même stratagème employé par leur agresseur. Wilfrid A se présenterait comme un photographe et proposerait à ses victimes de poser pour lui. A chaque fois, l’homme fixe le rendez-vous à son domicile et agresse violemment ses hôtes avant de tenter d’abuser d’elles, parfois avec succès.

De quoi relativiser la portée poétique de ses tags fleurissant à Paris. Certains ont d’ailleurs été modifiés au profit de “Violeur court les rues”.