Soudan : la rue s’oppose au coup d’état militaire

900

Au Soudan, au lendemain du coup d’état des militaires, la rue continue à se soulever et dit son opposition.

Les militaires ont en effet lundi matin arrêté la quasi-totalité des civils avec lesquels ils partageaient le pouvoir depuis la fin du dictateur Béchir et la mise en place d’un gouvernement de transition qui incluait les deux parties.

Dès lundi après-midi, les premières manifestations contre ce coup de force sont apparues dans les rues de Khartoum .Quatre manifestants ont déjà trouvé la mort. Quant aux dirigeants civils arrêtés lundi matin, y compris le Premier Ministre, ils ont été conduits “vers une destination inconnue”. Cette situation est désapprouvée par l’opinion internationale qui soutient l’opposition.

L’association des professionnels, qui avait  été à l’origine de la destitution du dictateur Omar el-Bechir en 2019, a dénoncé un “coup d’état militaire”. Le général Abdel Fattah-al Burhane, à la tête des autorités de transition, a annoncé la dissolution du conseil de souveraineté et décrété l’état d’urgence dans tout le Soudan.

L’opinion internationale fait pression.

CH