Seine-Saint-Denis : pour le PCF, les violences en banlieue s’expliquent par “la solitude du confinement” et les feux d’artifices tirés sont une manière pour les jeunes « d’exprimer leur joie »

861

Alors que mercredi 27 mai dans la soirée, de sérieuses échauffourées ont éclaté dans le quartier de Béthisy(93), impliquant une cinquantaine de racailles face à la police et qu’un policier a retrouvé une balle tirée dans son gilet de protection, le Parti communiste de la ville a justifié cet acte, et plus largement les émeutes qui enflamment les banlieues depuis plusieurs semaines, en plaidant « la solitude du confinement », sur sa page Facebook:

« Des jeunes trompent l’ennui, la solitude du récent confinement, au seul endroit où ils se sentent autorisés à respirer : au pied de leur cité. Qui n’a pas attendu avec impatience la fin de cette situation anxiogène et liberticide pour la fêter ? À Paris, on montre sa joie sur les quais de Seine et bien souvent avec quelques bouteilles. Ici, on préfère les feux d’artifice () » 

Des jeunes trompent l’ennui, la solitude du récent confinement, au seul endroit où ils se sentent autorisés à respirer :…

Posted by Parti Communiste Français de Noisy-le-sec on 2020 m. gegužės 28 d., ketvirtadienis

Pour le PCF, les feux d’artifices tirés en banlieue est une façon « de montrer sa joie »

Le message du PCF prétend que les feux d’artifice tirés dans les banlieues sont une manière pour les banlieusards de montrer leur joie, comparant ces actes aux Parisiens qui « montrent leur joie sur les quais de Seine ». Le parti oublie cependant de préciser que ces engins pyrotechniques ne sont pas utilisés pour fêter un événement heureux, mais bien pour cibler les forces de l’ordre, une fois la nuit tombée.

(…) valeurs actuelles