Quand le grand-père d’Adama Traoré était gouverneur d’une région qui pratique toujours l’esclavage

1408

Adama Traoré, considéré par les médias et les agitateurs professionnels comme le George Floyd français, était d’origine malienne. Le grand-père du jeune homme était même gouverneur de Kayes au Mali il n’y a pas si longtemps. Cette ville est le centre de l’esclavage au Mali, où l’élite a conservé l’habitude de posséder des esclaves.

La famille Traoré est devenue connue en France en 2016, lorsque Adama Traoré est décédé lors d’un contrôle de police. Son père, Mara-Sire Traoré est né au Mali en 1943, il fait partie de l’ethnie Soninke. Le livre d’Assa Traoré Lettre à Adama, publié en 2017, explique que son père a quitté son pays d’origine en voiture, a traversé la Mauritanie, puis a pris un bateau pour l’Espagne, et de là est parti pour Paris.

[…]

Mara-Sire est décédé en 1999 à l’âge de 46 ans. Après sa mort, Assa Traoré a repris la direction du clan. Elle est toujours considérée comme le chef de famille aujourd’hui. Dans une interview accordée au magazine jeuneafrique.com en octobre 2016, la jeune femme a déclaré que son grand-père était gouverneur de Kayes. La ville de Kayes est le siège de la région du même nom à la pointe sud-ouest du Mali, sur les rives du fleuve Sénégal. La déclaration d’Assa à propos de son grand-père dans l’interview est importante car certaines communautés de cette région détiennent encore des esclaves à ce jour. L’une de ces communautés de propriétaires d’esclaves est l’ethnie Soninke, à laquelle appartient la famille Traoré.

L’esclavage au Mali est un phénomène bien connu en France, et même des manifestations contre lui sont organisées par les communautés africaines là-bas, sans grand résultat. Le 3 novembre 2018, plus d’un millier de personnes ont défilé sur la place du Trocadéro à Paris pour protester contre la traite d’êtres humains de la tribu Soninke et le silence du gouvernement malien à ce sujet.

V4na (article en anglais)