Préfecture de Paris : l’assaillant aurait « Entendu des voix » la nuit précédant son attaque meurtrière, selon sa femme

516

L’épouse de de Michael Harpon, l’individu qui a assassiné quatre fonctionnaires à la préfecture de police de Paris jeudi 3 octobre, a affirme aux enquêteurs que son mari avait «entendu des voix et était incohérent» la nuit précédente, comme «une crise de démence» avant de se réveiller brutalement.

Aucun lien établi avec sa conversion à l’islam en 2017

Selon les informations de franceinfo, M. Harpon s’était converti à l’islam en 2017. Toutefois, aucun lien n’est établi entre sa conversion et son acte, précisent les sources. Aucune trace de radicalisation n’aurait été identifiée par les enquêteurs jusqu’ici. Une ex-collègue de l’assaillant le présente comme «introverti», «gentil» et parfois «pas pris au sérieux». Selon France24, l’individu semblait toutefois en conflit avec sa hiérarchie.

Les noms des victimes

Selon Actu17, les quatre policiers décédés jeudi sont Damien E., un major de police âgé de 50 ans, Brice L. et Anthony L, tous deux gardiens de la paix âgés de 38 ans. Ces derniers travaillaient à la DRPP. Aurélia T. avait 39 ans, elle était gardienne de la paix affectée à la DSPAP (Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne), au Service de gestion opérationnelle (SGO) de la préfecture.
Mickaël H., a utilisé un couteau en céramique avec une lame d’une trentaine de centimètres selon une source policière. Les enquêteurs cherchent à déterminer à quel moment et comment il l’a amené jusqu’à la préfecture de police. La piste d’un acte prémédité est étudiée.