Poubelledorf, Plastiqheim… un élu alsacien invente des noms de villages pour dénoncer le dépôt sauvage de déchets

173

«Bientôt de nouveaux villages d’Alsace: si nous ne faisons rien, nos déchets nous survivront».

C’est avec ces mots que Stéphane Bourhis, conseiller municipal d’opposition (LR) de Hoenheim près de Strasbourg, a lancé une campagne de lutte contre les déchets sur les réseaux sociaux. Afin de sensibiliser les Alsaciens, l’élu a inventé plusieurs noms villages en y intégrant le noms des détritus. Le Mégot, le plastique, la poubelle et les sacs en plastique deviennent ainsi « Megotsheim », « Plastiqheim », « Poubelledorf » et « Sacdorf ».

«C’est l’été que l’on est le plus hors de chez soi et qu’on voit le plus de dépôts sauvages de déchets», constate M. Bourhis, qui est également fondateur des «Cigognes Vertes», qui organisent des ramassages citoyens toute l’année.

Avec cette campagne, qui a déjà touché selon lui plus de 11000 internautes, M. Bourhis entend encourager les Alsaciens au respect de leur environnement et empêcher la prolifération de ces déchets sauvages. Le conseiller municipal a aussi lancé un #nosdechetsnodechet sur Twitter, pour sensibiliser les internautes et diffuser son initiative.

Le Dauphiné