PMA : Le gouvernement craint une recrudescence de La Manif Pour Tous

571

Le Premier ministre Edouard Philippe l’a annoncé dans son discours de politique générale: la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les femmes seules est en Marche. Conscient que beaucoup de Français sont opposés à cette mesure, le ministre de la Santé, Agnès Buzyn, chargée de porter le texte de bioéthique, fait profil bas.

Faire profil bas pour faire passer la PMA. L’objectif de l’exécutif est à peine camouflé. Inquiet de voir se reformer les mouvements de la Manif Pour Tous (LMPT), le gouvernement mise sur un prétendu apaisement pour élargir la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, y compris célibataires.

Le ministre de la Santé, Agnès Buzyn, chargée de présenter le texte de loi sur la bioéthique l’a déjà dit: elle ne veut pas faire de ce volet un étendard. Au contraire, l’ancienne belle-fille de Simone Veil, figure de proue de la loi sur l’avortement de 1975, ne veut pas attiser les oppositions. Une stratégie à l’inverse de celle de l’ancien Garde des Sceaux, Christiane Taubira, pour la loi sur le mariage homosexuel.

Si la discrétion et la mesure semble être de rigueur, c’est en partie parce que la majorité entend compter sur le soutien d’une partie des députés de droite… En effet, les résultats catastrophiques des Républicains aux dernières élections européennes, avec une tête de liste identifiée comme conservatrice d’un point de vue sociétal, poussent de nombreux républicains à mettre la pédale douce sur les sujets de bioéthique et même pourquoi pas à voter avec le parti présidentiel.

A la manière d’Edouard Philippe, le premier ministre issu des rangs de la droite, beaucoup de Républicains pourraient donc retourner leur veste en toute discrétion. Beaucoup ont donc intérêt à éviter les débats publics trop virulents les obligeant à sortir du bois. L’exécutif se plaît d’ailleurs à considérer que ces sujets ne sont plus des marqueurs d’appartenance à la gauche ou à la droite. 

Le gouvernement table donc sur un débat apaisé pour faire passer le texte en douceur. Pour autant, nombreux seront les sujets à évoquer. Agnès Buzyn a déjà fait savoir qu’elle espérait un remboursement de la sécurité sociale de ce procédé de procréation afin qu’il soit véritablement ouvert à toutes… et à la charge de tous…

En revanche, les récentes études scientifiques démontrant que les enfants issus de PMA sont susceptibles de développer davantage de problèmes de santé et de fertilité que les enfants nés naturellement n’ont pas été évoquées… A croire que l’avenir de cette génération d’enfants sans père n’est pas la priorité de l’exécutif…

Ce sujet sera abordé lors du JT de TV Libertés de ce soir