Pluralité politique : panique chez Libération

3897

Le quotidien Libération s’est fendu lundi 14 juin d’une infographie au titre dramatique : « 36% des invités politiques de CNews sont d’extrême droite ». Basé sur les données du site politiquemedia.com, le quotidien fustige la chaîne détenue par Bolloré, pointant notamment du doigt « les nombreuses interventions de Jean Messiha, invité 138 fois sur CNews en douze mois » (du 9 juin 2020 au 8 juin 2021). Mais une chose ne semble pas frapper les journalistes de Libération : la présence écrasante d’invités de gauche et de LREM dans les autres médias ! Ainsi, plus de 20% des intervenants sur BFMTV sont classés à l’extrême-gauche, à gauche et au centre-gauche sur l’échiquier politique, accompagnés de 35% d’invités étiquetés LREM, qualifiée de parti centriste. Même cas de figure sur LCI ou Public Sénat, ou encore Radio classique. La station de radio RFI a quant à elle diffusé sur ses ondes la parole de plus de 45% de personnalités de la majorité présidentielle, contre 25% de personnalités du RN et de LR. Sur France Inter, à peine plus de 20% des invités sont membres des Républicains ou du Rassemblement national.

L’infographie de Libération

Les cris d’orfraies de Libération mériteraient donc bien d’être nuancés. En effet, si l’on n’avait peu de doutes quant au fait que le quotidien de Patrick Drahi appréciait peu le débat contradictoire, les journalistes auraient peut-être pu faire l’effort de comparer leur infographie aux sondages pour la présidentielle de 2022… A ce titre, le dernier sondage Ifop Fiducial pour l’élection présidentielle de 2022 confirme la présence de Marine Le Pen au second tour face à Emmanuel Macron où la présidente du Rassemblement National est créditée de 46% des voix, contre 54% pour le chef de l’Etat. Au premier tour, si l’on observe les intentions de vote, le RN remporterait entre 27 et 28% des suffrages quand le président sortant recueillerait entre 23 et 28%. La gauche, quant à elle, se retrouve avec un score historiquement bas : Jean-Luc Mélenchon plafonne à 12%, près de 8 points de moins qu’à l’élection présidentielle de 2017. Quant à Anne Hidalgo, possible candidate PS, ou l’écologiste Yannick Jadot, ils ne sont crédités que de 6% des voix.

Un paysage politique très différent de l’essentiel des médias français dont CNews est finalement l’un des plus représentatifs.