« Peuvent pleuvoir grenades et gravats » (Présent)

690

II existe un chant légionnaire que nous connaissons tous et qui convient parfaitement aux temps difficiles que sont les temps présents :

O Légionnaires, le combat qui commence

Met dans nos âmes enthousiasme et vaillance.

Peuvent pleuvoir grenades et gravats,

Notre victoire en aura plus d’éclat.

Les péripéties de cette année 2020, que nous avons rappelées dans Présent d’avant-hier, pourraient susciter le désespoir si elles n’étaient pas accompagnées de nos raisons d’espérer.

Certains de nos lecteurs ne peuvent s’empêcher de terminer presque systématiquement leur courrier papier ou électronique par cette détestable formule « Pauvre France ! ». Pauvre France ? Mais la France est riche, au contraire, elle est riche de son passé, de ses paysages, de ses femmes et de ses hommes, de ses talents. Et le problème est plutôt que cette richesse attire, qu’elle attire trop d’hommes en trop peu de temps.

Se lamenter sur la « pauvre France », n’est-ce pas douter de la France et des Français, alors que notre pays s’est relevé de tant de guerres, de tant de divisions, siècle après siècle ? Et n’est-ce pas compter pour peu ceux qui, aujourd’hui, s’investissent sur le terrain culturel, politique, religieux, sociétal, sans compter leur temps, sans ménager leur peine, sans se soucier des éventuelles conséquences professionnelles ?

2020 a aussi été, malgré « grenades et gravats » – qui s’appellent aujourd’hui Covid-19, immigration sauvage, islamisme meurtrier, censure généralisée ou réécriture de l’histoire –, une année de petites victoires, dont la somme est loin d’être insignifiante. En 2020, des femmes et des hommes de notre pays ont imaginé, ont semé, ont construit. Et nous en récolterons les fruits en 2021 et plus tard.

Au seuil de cette nouvelle année, nous voulons vous présenter quelques-unes de ces petites victoires qui constituent autant de raisons d’espérer. C’est un péché de désespérer de la France ; et à cause des maux d’aujourd’hui, notre victoire en aura plus d’éclat.

Francis Bergeron et Franck Delétraz pour Présent