Pays-Bas. L’immigration, ruine de l’Etat providence ?

310

BIUne étude particulièrement instructive intitulée «L’Etat-providence sans frontières: les conséquences de l’immigration sur les finances publiques» (Amsterdam School of Economics, Université d’Amsterdam) a été présentée aux Pays-Bas. Parmi les auteurs figurent le célèbre mathématicien Jan van de Beek et Hans Roodenburg, auteur du rapport explosif «Immigration and Dutch Economy» (Bureau Central du Plan néerlandais) de 2003.

Ce nouveau rapport, dans lequel les coûts et les bénéfices sont calculés sur toute la vie (compte de génération), arrive une fois de plus à la conclusion que l’immigration non occidentale coûte beaucoup au Trésor néerlandais, notamment en raison du regroupement familial et de l’asile. Sur la période 2015-2019, les coûts nets de l’immigration non occidentale s’élevaient en moyenne à environ 27 milliards d’euros par an, tandis que l’immigration occidentale était à peu près neutre sur le plan budgétaire. Le coût total de l’immigration pour la période 1995-2019 s’est élevé à 400 milliards d’euros, un montant correspondant aux revenus du gaz naturel depuis le début de l’extraction jusqu’à nos jours aux Pays-Bas.

(…) la suite sur Breizh Info