Nouvelle plainte déposée contre Tariq Ramadan, pour viol en réunion

769

Déjà accusé de viol par trois femmes en France et une en Suisse, l’islamologue suisse Tariq Ramadan est une nouvelle fois mis en cause par une quinquagénaire qui dénonce cette fois un viol en réunion.

Les faits se seraient déroulés en mai 2014, à Lyon. « Monsieur Tariq Ramadan m’avait contactée sur Facebook courant 2013 au prétexte que nous avions des amis en commun, je n’en avais pas trouvé, il s’agissait d’une excuse », explique la plaignante. Devant les multiples propositions de rencontre de l’islamologue, la femme accepte une rencontre.
« C’est allé très vite, c’était d’une violence inouïe (…) Il m’a attrapé le bras, me l’a tordu […] il m’a dit ‘vient petite pute’ et m’a jeté (sic) par terre », explique la plaignante. Alors qu’un complice de Tariq Ramadan la tient par les cheveux, elle affirme avoir subi plusieurs pénétrations. « Je l’ai insulté, ça l’a excité encore plus », poursuit-elle, confiant avoir été violée plusieurs fois par les deux hommes. « Je me débattais avec les pieds, les jambes, les mains, et plus je me débattais, plus ils me frappaient, ils m’insultaient. » (…) Europe 1
Pour Rappel, la cour d’appel de Paris avait ordonné la libération de Tariq Ramadan assortie d’un contrôle judiciaire le jeudi 15 novembre 2018. L’islamologue Suisse de 56 ans était incarcéré depuis sa mise en examen le 2 février 2018 pour des accusations de viol qu’il conteste. Sa libération fut soumise au règlement préalable d’une caution de 300.000 euros et assortie d’une interdiction de quitter le territoire et de rentrer en contact avec les plaignantes.
Le 14 mars 2019, la cour d’appel de Paris a rejeté la demande de levée des mises en examen pour viol de Tariq Ramadan.