Nicole Belloubet ouvre la porte au rapatriement de djihadistes

543

Alors que le Quai d’Orsay estime qu’ils doivent être jugés sur place, la garde des Sceaux s’est dite en faveur de leur retour en France.

«Notre position est constante. Nous voulons que les djihadistes français, hommes et femmes, soient jugés au plus près du lieu où ils ont commis leurs crimes», s’est empressé de préciser l’entourage de la ministre de la Justice, après la parution, samedi, d’une interview dans Libération . Alors que, depuis des mois, le Quai d’Orsay défend une position intangible selon laquelle les djihadistes doivent être jugés sur les lieux de leurs exactions – une dizaine ont été condamnés à mort à l’été dernier par Bagdad -, Nicole Belloubet a ouvert la porte à un rapatriement de ces Français détenus en Syrie par les Kurdes. Selon les dernières estimations, ils seraient environ 200 adultes et 300 enfants. Un sujet ultrasensible. L’opinion publique française, elle, est majoritairement hostile à ce retour.

Le Figaro