Neuf membres présumés de l’Etat Islamique bientôt de retour en Allemagne et laissés en liberté

272

Neuf membres présumés du groupe Etat islamique emprisonnés en Turquie devraient être expulsés d’ici à vendredi et rapatriés en Allemagne sans être placés en détention, car il ne sont pas visés par des mandats d’arrêt. Il s’agit d’un homme ayant la double nationalité irakienne et allemande et de six membres de sa famille, originaire de Basse-Saxe, ainsi que de deux épouses de combattants de Daesh, ont précisé des sources sécuritaires. Le chef de la famille est connu des services allemands pour son appartenance au salafisme, et soupçonné d’avoir tenté de gagner la Syrie au printemps 2019.

Les deux femmes de djihadistes étaient détenues dans un camp de prisonniers en Syrie avant de s’en échapper lors de la récente offensive turque. Ces deux femmes devraient être interrogées à leur arrivée, puis surveillées, mais de tels dispositifs s’avèrent coûteux, précisent les mêmes sources.

Ces retours prochains de membres présumés de l’organisation terroriste alarment les partis au pouvoir et l’opposition accuse le gouvernement d’Angela Merkel de ne pas être prêt pour ces retours. « Nous voulons voir tous les membres dangereux en détention », a assuré mardi Armin Schuster, membre du parti conservateur (CDU). Selon ce spécialiste des questions de sécurité, environ un tiers de la centaine d’Allemands encore en Syrie sont identifiés comme étant des éléments dangereux.

Dans le même temps, la Turquie a annoncé le renvoi de 11 personnes détenues vers la France. Ces personnes seraient quatre djihadistes françaises et sept enfants. La recruteuse de Daesh connue sous le surnom de “marieuse” de l’État islamique serait l’une d’elles.