Michel Fourniret : L’ogre a rejoint l’Enfer

1967

« L’ogre des Ardennes » est mort. Michel Fourniret, tueur en série, était hospitalisé depuis le samedi 8 mai à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris, pour des problèmes d’insuffisances respiratoires. Son pronostic vital était engagé. Âgé de 79 ans, Michel Fourniret est l’un des rares meurtriers à avoir été condamné à la « perpétuité incompressible » en France, le 28 mai 2008. Il est décédé ce lundi 10 mai à 15h. Retour sur le « parcours » de celui surnommé « l’ogre des Ardennes ».

« L’ogre des Ardennes »

Né le 4 avril 1942 à Sevran dans les Ardennes, dans une famille ouvrière, Michel Fourniret est décrit très tôt par ses camarades de classe et des surveillants comme « fourbe ». Dès 1967, à l’âge de 25 ans, il est condamné à huit mois de prison avec sursis. Incarcéré une première fois le 25 mars 1984 pour une dizaine d’agressions et viols sur mineurs, il sera à nouveau condamné le 26 juin 1987 à sept ans de prison par la Cour d’assises de l’Essonne. C’est durant son incarcération, il noue une relation épistolaire avec Monique Olivier, son double maléfique, qui l’aidera à commettre ses crimes, après l’avoir épousé en 1989. En 1987, alors que le couple est installé dans le village de Saint-Cyr-les-Colons, Michel Fourniret, aidé par Monique Olivier, enlève, viole et tue Isabelle Laville, 17 ans. Les époux maléfiques ont mis en place une stratégie diabolique. Monique Olivier, accompagnée de leur jeune enfant Sélim Fourniret, attire les victimes dans un guet-apens, en prétextant être perdue ou chercher un médecin pour son bébé malade.

Un meurtrier devenu châtelain

Pendant son incarcération, Michel Fourniret partage sa cellule avec un braqueur proche du gang des pastiches, Jean-Pierre Hellegouarch. Ce dernier demande à son co-détenu de récupérer, par l’intermédiaire de sa compagne Farida Hamiche, un magot dissimulé dans un cimetière du Val-d’Oise. Michel Fourniret s’exécute et à peine l’argent récupéré, il tue Farida Hamiche. Avec le butin, il acquiert en janvier 1989 le château du Sautou, dans les Ardennes. Dans le parc, sont enterrées plusieurs de ses victimes : Elisabeth Brichet,une Belge âgée de 12 ans, enlevée et tuée le 20 décembre 1989. Le corps de la petite Estelle Mouzin, enlevée à Guermantes le 9 janvier 2003 s’y trouverait également selon les dires de Monique Olivier et du tueur en série. En effet, après avoir nié pendant des années, l’ogre des Ardennes a finalement avoué en mars 2020 avoir tué la petite fille et l’avoir enterrée dans le parc du château. Son épouse a déclaré avoir aidé son mari à enterrer le corps de la petite. Un corps qui n’a toujours pas été retrouvé malgré de nombreuses recherches dont certaines étaient encore en cours fin avril dernier. La mort de Michel Fourniret ne devrait pas faciliter la tâche des enquêteurs.

Le 26 juin 2003 sonnera le glas de la « carrière » de criminel de Michel Fourniret : alors qu’à Ciney en Belgique il enlève dans sa camionnette Marie-Ascension, 13 ans, la fillette arrive à s’enfuir et est prise en charge par un automobiliste, qui relève la plaque de la camionnette de Fourniret et permet ainsi son arrestation. Au total, l’homme avouera onze meurtres. Mais sa mort soulève de nombreuses questions : « l’ogre des Ardennes » a sans doute fait plus de victimes qu’il ne l’a avoué… et sa disparition emmène avec lui de nombreuses questions qui resteront sans réponse.