Maltraiter des bêtes ne coûte pas grand chose

117

La direction de l’abattoir d’Alès, surnommé « l’abattoir de l’horreur », a écopé ce lundi d’une amende quasiment symbolique de 2.250 euros.

Le tribunal qui devait condamner les infamies se déroulant derrière les enceintes de cet abattoir, a opté pour un verdict léger. Malgré les 175 infractions relevées par l’enquête, les preuves par images et vidéos n’ont pas pu être datées précisément. En octobre 2015, l’abattoir d’Alès a sans doute été le premier choc collectif provoqué par de la maltraitance de bétail, mais il n’est pas le seul dont les images clandestines réalisées par l’association de défense des bêtes L214, circulent sur internet.