Malesherbes (45): un « musulman radicalisé » égorge sa compagne, la piste religieuse écartée par le parquet

710

Un individu de 22 ans présenté comme un « musulman radicalisé », suspecté d’avoir égorgé son épouse, elle-même convertie à l’islam, et d’avoir incendié leur logement, dans le Loiret, dans la nuit du 13 au 14 août dernier, serait passé à l’acte à l’issue d’un différend conjugal. Le parquet d’Orléans, contacté par Valeurs actuelles, indique que la piste « religieuse » n’est pas privilégiée.

Pour Alain Leroux, procureur adjoint de la République d’Orléans, le suspect est bien de confession musulmane mais la situation l’interpelle : « Je n’ai pas d’éléments à ce stade qui me permettent, objectivement, de penser qu’il y a une raison religieuse là-dedans, souligne le magistrat. Il s’agit d’un acte extrêmement violent que j’ai encore du mal à expliquer par rapport à un contexte banal. »

« La fatigue et le retour de maternité faisant, elle n’était probablement pas autant disponible pour son mari que d’habitude, relève le procureur adjoint. On a ce sentiment que ce monsieur n’a peut-être pas trouvé la femme disponible qu’il espérait en rentrant du travail tardivement. Il a pu y avoir un moment, peut-être, de déception ou de frustration quand il est rentré. »

La piste psychiatrique serait donc, pour l’heure, envisagée : « J’espère qu’il y aura une expertise approfondie du bonhomme », confie le procureur, en ajoutant : « je n’ai pas d’éléments me permettant d’établir une violente dispute ». Et d’affirmer: « Il n’y a pas de fantasme islamique là-dedans. Ça n’a rien à voir avec ça. Attention à toutes ces histoires de dérives religieuses. »

L’homme a été placé en détention et risque la réclusion a perpétuité. L’arme du crime n’a toujours pas été retrouvée.

Valeurs Actuelles