Libération: « quotidien de blancs, lu par des blancs, qui milite pour le racisme anti-blancs » (OJIM)

466

OJIM – Libération n’en finit pas avec les causes victimaires que le futur jugera comme des trahisons honteuses, comme au sujet de la pédophilie dont le journal se fit l’ardent défenseur autrefois. Aujourd’hui, ce que Libération aime ce sont les racistes noirs et ce qu’il déteste ce sont les Européens blancs.

Le mois de juin 2020 en France aura vu des minorités dites « diversitaires » occuper l’espace médiatique en s’identifiant à ce qu’elles ne sont pas, c’est-à-dire l’équivalent des minorités ethniques aux États-Unis. Au prix de plusieurs confusions. Ainsi, les minorités vivant en France, ou plutôt de faibles minorités à l’intérieur de ces mêmes minorités, ont voulu imposer une identification entre la société multi-ethnique et multi-culturelle américaine et la société républicaine française qui a, théoriquement, qu’on l’apprécie ou pas, prétention à se vouloir universaliste et donc intégrative de ses ressortissants de toutes les origines, du moment qu’ils deviennent intrinsèquement Français. Ce qui passe a priori par un incontournable respect du pays où l’on vit. Elles ont aussi utilisé la mort d’un afro-américain aux États-Unis à des fins de militantisme interne à la France ainsi qu’à leurs propres minorités, lesquelles ne reconnaissent pas toujours la Ligue de Défense Noire ou le Comité Adama Traoré comme particulièrement représentatif.

(…) Lire la suite sur l’Observatoire du Journalisme