L’esclavagisme revient sur le devant de la scène

335

Mardi, des descendants d’esclaves martiniquais ont saisi la Cour de cassation pour demander des réparations à l’Etat. En 2005, quatre ans après la loi Taubira, qui reconnaît l’esclavage comme crime contre l’humanité, le « mouvement International pour les réparations » avait déposé une requête pour évaluer le préjudice lié à l’esclavage ainsi qu’une provision destinée à une future fondation. Une demande rejetée en première instance, ainsi qu’en appel.

En saisissant la Cour de cassation, l’association espère casser l’arrêt de la cour d’appel de Fort-de-France pour pouvoir plaider ce dossier au fond. 

L’arrêt de la Cour a été mis en délibéré au 17 avril.