Les parents de Vincent Lambert implorent le président E. Macron de ne pas permettre l’arrêt des soins

368

Les avocats des parents de Vincent Lambert ont imploré Emmanuel Macron de faire « respecter les mesures provisoires réclamées » par le Comité international des droits des personnes handicapées (CDPH) de l’ONU, en maintenant les soins prodigués au patient, dans une lettre ouverte publiée samedi, à deux jours à peine de la date prévue de l’arrêt des traitements.

M. le Président, vous êtes le dernier et le seul à pouvoir intervenir

« Monsieur le Président, Vincent Lambert mourra privé d’hydratation dans la semaine du 20 mai si vous ne faites rien et vous êtes le dernier et le seul à pouvoir intervenir », écrivent Me Jean Paillot et MJérôme Triomphe, avocats des parents et frère et sœur du patient, fermement opposés à l’arrêt des soins. « Nous venons vous demander de faire respecter par le ministre de la Santé les obligations de la France au profit d’un homme handicapé ».

« Si la France maintient son refus de respecter les mesures provisoires réclamées par deux fois par le CDPH (…) il est certain que la France sera sévèrement condamnée à l’issue de l’examen de notre recours et sera désignée à la communauté internationale comme ayant violé le droit de recours individuel et les droits de l’Homme qui l’obligeaient », prédisent les avocats.

« Quelle est cette urgence à ce que Vincent Lambert meure ? »

« Monsieur le Président, au moment même où la France prend la présidence du Conseil de l’Europe pour les six prochains mois, quel signal désastreux notre pays est-il en train de lancer, à la fois aux personnes handicapées et à la communauté internationale ? » ajoutent-ils encore. « Quelle est cette urgence à ce que Vincent Lambert meure ? »

Un crime d’État ?

D’après eux, la mort de Vincent Lambert « apparaîtra aux yeux de la postérité comme un crime d’État commis au prix d’un coup de force contre l’État de droit ». Le 10 mai, le médecin traitant de Vincent Lambert avait annoncé à la famille l’interruption des traitements, à partir de lundi 20 mai (après-demain).

François-Xavier Bellamy (LR) réagit : “On se prépare à construire un monde inhumain”

« Le regard que nous portons sur Vincent Lambert, c’est le regard que nous portons sur notre propre humanité. Vous avez raison de le dire : Vincent Lambert incarne l’absolue fragilité » explique la tête de liste LR pour les européennes, F.-X. Bellamy, invité sur Radio Notre-Dame ce samedi. « Au fond, ajoute encore l’adjoint au maire de Versailles, derrière Vincent Lambert, il y a le sort de toutes les personnes handicapées, le sort des personnes vieillissantes, le sort des personnes dépendantes, c’est cela qui est en jeu ».

Et l’essayiste d’ajouter : : « Alors oui, c’est vrai, Vincent Lambert vit dans un état de dépendance extrême. Mais la grande question, c’est : est-ce que la dépendance rend la vie humaine indigne d’être vécue ? C’est ça le grand point de bifurcation, le grand point bioéthique que nous aurons à décider dans les années qui viendront. Nous allons être la première génération à décider de l’avenir de la condition humaine, et il va falloir que nous puissions donner une réponse à cette question fondamentale. La vie humaine, est-ce que c’est effectivement l’indépendance, l’autonomie, l’émancipation de l’individu – comme le dit le progressisme, comme le disent Ismaël Emelien et David Amiel, les conseillers du président de la République qui ont publié un livre récemment – moi je ne le crois pas. Je crois que la vie humaine, c’est la dépendance. Nous avons commencé dépendants. Nous avons tous été enfants. Nous sommes tous dépendants aujourd’hui de tous ceux qui nous entourent. Et nous finiront tous notre vie probablement dans cette expérience d’une dépendance redevenue consistante dans notre vie par le fait même de la vieillesse. Je crois qu’il faut assumer cela ». 

20Minutes / Valeurs actuelles