Les concerts-test : le serpent de mer sans queue ni tête

731

Déjà repoussés à deux reprises, les concerts-test promis par le ministre de la Culture Roselyne Bachelot ne semblent plus à l’ordre du jour. En février, Roselyne Bachelot annonçait l’organisation de concerts-test à l’Accor Arena de Bercy à Paris et dans la salle du Dôme à Marseille. Des concerts prévus avec masques, gel hydroalcoolique distanciation sociale et en jauge réduite, afin de rouvrir les salles de concerts au printemps, si les « tests » s’avéraient concluants. Indochine, groupe de pop rock et IAM, groupe de rap originaire de Marseille, devaient se produire sur scène pour l’événement. Mais les mois ont passé et les fameux concerts-test, d’abord repoussés en avril, puis en mars, n’ont finalement pas eu lieu… Et se retrouvent dorénavant prévus pour le mois de mai. Mais pour que ces concerts aient lieu, leur protocole sanitaire doit être approuvé. A Marseille, où le concert doit réunir deux fois mille spectateurs, les chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) attendent le feu vert du ministère de la Santé. Quant à Paris, le protocole doit être examiné aujourd’hui, pour décider si le concert aux cinq mille spectateurs prévu peut se dérouler fin mai.

Un calendrier qui a poussé le Prodiss, syndicat du spectacle musical et de variété, à écrire ce lundi une lettre ouverte à Emmanuel Macron. Le syndicat demande la validation du protocole sanitaire, afin de « sauver les spectacles et tournées qui doivent se tenir dès la rentrée de septembre ». Les organisateurs de spectacles ont en effet dû annuler les festivals de 2021, comme les Eurockéennes de Belfort ou Garorock, faute de visibilité. Depuis un an, les règles sanitaires évoluent sans cesse, rendant difficile, voire impossible, la moindre projection dans l’avenir. Selon certains, la tenue des concerts-test aurait « sans doute permis de maintenir ces festivals ». A Barcelone (Espagne), un concert s’est déroulé le samedi 27 mars, rassemblant cinq mille spectateurs, avec masques et tests antigéniques obligatoires, mais sans distanciation sociale. Depuis, aucun foyer épidémique n’a été identifié…