Le radeau des médusés (Présent)

169

Présent – Nous sommes sans doute au tournant de ces élections régionales et départementales des 20 et 27 juin. Les positions fortes ne pourront plus être significativement ébranlées et, pour ceux qui dévissent, les éventuels redressements seront limités. D’autant que la bataille politique n’oppose pas une poignée de femmes et d’hommes, comme pour une présidentielle, avec les risques liés à une faiblesse, une fatigue, un coup de blues, mais des dizaines de listes, des centaines de candidats pour les régionales, des milliers de candidats pour les départementales. En principe, il ne peut donc y avoir de phénomène global. Un mauvais débat, un dérapage, une défection ont des impacts limités à un canton, un département, au pire une région.

Il n’empêche que, à 45 jours du premier tour, il est intéressant de noter les deux points suivants : dans les intentions de vote, les électeurs RN sont les plus déterminés, tandis que la volatilité des électeurs EELV (écolos) est la plus forte. C’est un premier indice qui met relativement à l’abri le RN d’une très mauvaise surprise, d’un fort écart entre sondages et réalité. A l’inverse, les écolos peuvent aussi bien percer que décrocher.

Le second point notable est le suivant : LR est pris dans la spirale de l’échec. Dans les Hauts-de-France, en PACA, ses troupes sont saisies de fébrilité, ses cadres semblent des souris dans un labyrinthe, courant en tous sens, Cela ne fait pas une défaite, mais cela ne crée certainement pas une dynamique. D’autant qu’on ne peut exclure une habile action des macronistes derrière toute cette agitation.

(…) Lire la suite sur Présent