Le ministre de l’agriculture Didier Guillaume qualifie la manifestation pour Adama Traoré d’“incroyable rassemblement”

502

Au lendemain de la manifestation pour Adama Traoré, qui a entraîné de nombreux débordements à Paris mardi, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a salué sur Sud Radio un « incroyable rassemblement » qu’il dit « comprendre ». Appelant à la « sérénité » et à la « tranquillité », le ministre a même réclamé que « l’Etat français » et la justice fassent « toute la lumière » sur l’affaire Adama Traoré, rappelant que « la règle absolue dans la République, c’est l’accueil, la diversité et l’intégration ».

Un avis dissonant de celui du ministre de l’Intérieur un peu plus tôt. Christophe Castaner n’a en effet pas hésité à condamner sur Twitter la « violence » et les « débordements » survenus en marge du rassemblement organisé illégalement devant le Palais de justice de Paris.

Un rassemblement pourtant interdit et signalé par le préfet Lallement

Après la tenue de la manifestation, qui a rassemblé au moins 20.000 personnes alors qu’il avait interdite, le préfet de police de Paris a signalé l’événement à la justice mercredi. Le procureur appréciera les suites à donner.

“Le préfet de police a fait un article 40 auprès du parquet suite à la manifestation d’hier soir”, a déclaré une source policière. L’article 40 impose à “toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit”, “d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs”, selon le code de procédure pénal.

Près d’un million d’euros de dégâts selon le maire LR du XVIIe arrondissement de Paris

Sur LCI, Geoffroy Boulard, le maire LR du XVIIe arrondissement de Paris, s’est ému mercredi des dégâts engendrés par la manifestation. « Nous sommes abasourdis par l’ampleur des dégâts liés aux débordements. On est autour d’un million d’euros de dégâts », a-t-il chiffré. « Je vais saisir le préfet de police, il va devoir répondre à nos questions. »

TVL s’était rendu sur place. Notre reportage ICI