Le gouvernement à l’épreuve du Ramadan – Thibault Bastide

475

La tenue du Ramadan est-elle compatible avec le confinement? Alors que la traditionnelle fête doit débuter dans la soirée du jeudi 23 avril, les musulmans de France s’apprêtent à vivre un mois de Ramadan pas comme les autres. En effet, confinement oblige, le déroulement du mois de jeûne devrait être fortement bouleversé. En pleine crise sanitaire du coronavirus qui impose des mesures strictes, le Conseil Français du Culte Musulman a invité tous les fidèles à bien respecter les règles du gouvernement pendant le ramadan. Si la pratique du jeûne ne devrait pas être perturbée, la principale contrainte est la fermeture des mosquées, qui impose aux musulmans de prier chez eux.

Cependant, malgré les prises de paroles publiques des autorités musulmanes de France, certains agitateurs ont d’ores et déjà appelé à tenir des prières collectives hors des mosquées durant le ramadan au prétexte qu’à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, le préfet de police a laissé se dérouler une messe sans faire intervenir la police.

Par ailleurs, d’autres craintes subsistent notamment celle de possibles rassemblements lors de la rupture du jeûne, moment célébré avec ses amis ou en famille.

Et le contexte actuel n’a pas de quoi rassurer. En effet, depuis samedi soir, les quartiers dits difficiles s’embrasent après l’accident d’un individu à moto impliquant la police à Villeneuve-la-Garenne dans les Hauts-de-Seine.

Ainsi, le ramadan pourrait se dérouler dans un climat explosif et le gouvernement peine à trouver une réelle solution. Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a demandé aux préfets d’être particulièrement attentifs tandis qu’Emmanuel Macron s’est entretenu, ce mardi 21 avril, avec les représentants des cultes et notamment le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui.

Quoiqu’il en soit, l’exécutif devrait se montrer conciliant à l’approche du Ramadan pour éviter d’envenimer un peu plus la situation.

Thibault Bastide