Le député M’jid El Guerrab réclame un « amendement Zemmour »

356

Mercredi 10 février, à l’occasion du débat sur le projet de loi contre le séparatisme à l’Assemblée nationale, le député M’jid El Guerrab a proposé un « amendement Zemmour ». Le dit amendement permettrait « aux juges de prononcer à titre de peine complémentaire une obligation de diffusion de la condamnation de la personne ayant été condamnée ».

Le député du groupe Agir Ensemble souhaite que les chaînes de télévision recevant une personne condamnée se voient obligées d’afficher un bandeau précisant la condamnation, déplorant d’avoir « à la radio ou à la télévision, des personnalités ayant été condamnées et trainées à plusieurs reprises devant les tribunaux pour incitation à la haine les laisser impunément s’exprimer ».

La proposition de M’jid El Guerrab a suscité de vives réactions, tant dans l’hémicycle que sur les réseaux sociaux. Les députés Eric Ciotti (LR) et Nicolas Meizonnet (RN) ont dénoncé « une ignominie démocratique » et « une dérive grave ». Sur Twitter, beaucoup d’internautes ont rappelé le passé trouble du député El Guerrab avec la justice : en effet, le député du Mouvement Radical est au cœur d’une affaire judiciaire en cours, alors que le 30 août 2017, il a frappé à coups de casque de moto le responsable socialiste Boris Faure, l’envoyant en soins intensifs.