Le Danemark souhaite limiter le nombre de résidents “d’origine non-occidentale” dans ses quartiers, pour “réduire le risque de sociétés parallèles religieuses et culturelles”

787

via FDesouche – D’ici dix ans, le gouvernement social-démocrate ne veut plus un quartier avec plus de 30 % de « non-occidentaux », en attendant la délinquance dans ces quartiers sera deux fois plus punie

Le Danemark va encore élargir le périmètre d’une loi controversée visant à réduire la part des « non-occidentaux » dans ses quartiers défavorisés, tout en abandonnant le terme polémique de « ghetto », a annoncé mercredi le gouvernement social-démocrate. Dans un nouveau projet de loi, le ministre de l’Intérieur veut que la part de la population d’origine « non-occidentale » dans chaque quartier ne dépasse pas 30 % d’ici dix ans – alors que le plan actuel, adopté par la droite il y a trois ans, retient un critère de 50 %.

(…) Selon le ministre Kaare Dybvad Bek, une proportion trop importante d’étrangers de pays non-occidentaux « augmente le risque de voir grandir une société parallèle religieuse et culturelle », affirme-t-il dans un communiqué.

(…) Jusqu’à présent est qualifié légalement de « ghetto » tout quartier de plus de 1.000 habitants avec une population à plus de 50 % d’origine « non-occidentale », remplissant au moins deux des quatre critères suivants : plus de 40 % des personnes qui y vivent n’ont ni travail ni formation ; plus de 60 % des 39-50 ans ne sont pas allés au-delà du collège ; une criminalité trois fois plus importante que la moyenne nationale ; et un revenu brut des habitants inférieur de 55 % à la moyenne régionale.

Quinze quartiers danois rentrent dans ce cadre, et 25 sont considérés comme « exposés ».

(…) 20minutes.fr