Le coronavirus met en danger l’industrie des préservatifs – Thibault Bastide

254

Pénurie de préservatifs en vue. Alors que de nombreuses usines et circuits de distribution paralysés à cause de l’épidémie de Covid-19, le secteur des préservatifs pourrait tout simplement se retrouver en grande difficulté. En effet, près de la moitié des habitants de la planète sont à présent confinés chez eux et les entreprises jugées « non essentielles » sont fermées dans de nombreux pays. En Malaisie, l’un des premiers pays producteurs de préservatifs et de caoutchouc, leur matière première, un confinement strict est en vigueur depuis le 18 mars après une recrudescence des cas de Covid-19.

Le géant malaisien Karex, qui fabrique un préservatif sur cinq dans le monde, a été durement touché par les restrictions, et il s’attend à une baisse de production de 200 millions de préservatifs par rapport à la normale de mi-mars à mi-avril. Le fabricant qui fournit des contraceptifs à de nombreuses compagnies et gouvernements ainsi qu’à des programmes humanitaires, a dû fermer temporairement ses trois usines malaisiennes au début du strict confinement imposé dans le pays. S’il le groupe a été autorisé à reprendre sa production, il ne dispose cependant que de 50 % de sa main d’oeuvre habituelle.

Au delà de l’aspect très économique, l’agence des Nations Unies chargée de la santé sexuelle et reproductive craint un désastre sanitaire. D’une part, elle redoute une hausse des grossesses non désirées et donc possiblement des avortements mais également un bond des maladies sexuellement transmissibles et notamment du VIH. Une crise sanitaire pour donc en chasser une autre.

Thibault Bastide