Le blocage du canal de Suez nous rappelle que la mondialisation tient à peu de choses

242

Une artère de l’économie mondiale se bouche

Selon le site d’actualité maritime « Mer et Marine« , la situation du navire échoué depuis mercredi matin ne s’améliore pas, même après qu’une flottille de huit remorqueurs soit intervenue dans les heures suivant l’accident. Compte-tenu du poids de l’Ever-Given, il est très délicat de tirer sur sa coque sans risquer d’en fragiliser sa structure et il semblerait, toujours selon Mer et Marine, qu’un allègement du navire soit quasi-inévitable. Une tâche qui nécessiterait alors encore plus de temps et de matériel, notamment une très grande grue, dont le nombre est relativement restreint.

Un avis partagé par l’agence de presse Bloomberg, qui rapporte que le désensablement du navire ne suffira pas et qu’il faudra aussi attendre une bonne marée – le canal pourrait donc resté bloqué jusqu’au 31 mars inclus.

Cependant, le président de la compagnie japonaise Shoei Kisen, propriétaire du navire échoué, reste confiant et déclare que «Nous sommes en train d’éliminer les sédiments, avec des outils de dragage supplémentaires» et espère un déblocage du Ever-Given pour « demain (samedi) soir », c’est-à-dire dans la nuit de samedi à dimanche au Japon. « Le navire ne prend pas l’eau. Il n’y a aucun problème avec ses gouvernails et ses hélices. Une fois qu’il aura été renfloué, il devrait pouvoir fonctionner », a ajouté le dirigeant.