La ville de Mhardeh libérée, mais la guerre en Syrie contre le terrorisme se poursuit

719

Après plus de sept années de combats la ligne de front de la poche d’Idleb a été repoussée et la ville syrienne de Mhardeh libérée des bombardements jihadistes. La guerre contre le terrorisme, elle, continue dans le silence des médias occidentaux. Alexandre Goodarzy, chef de mission Syrie pour SOS Chrétiens d’Orient, répond aux questions d’Olivier Frèrejacques.

Les jihadistes ne bombardent plus la ville de Mhardeh

Cette agglomération située dans la région d’Idleb dans le gouvernorat de Ham à l’ouest du pays faisait l’objet d’attaques d’organisations terroristes islamistes depuis 2012. Ville chrétienne, Mhardeh était devenu un symbole de résistance face aux assauts terroristes.
Une offensive de l’armée syrienne menée dans la région d’Idleb a délogé le groupe Hayat Tharir Al-Cham, HTC, anciennement Al-Nosra et un temps lié à l’Etat Islamique puis à Al-Qaeda.

Après sept années de bombardement causant la mort de plus de 150 personnes civils et militaires cette ville de petite taille située sur la ligne de front de la poche d’Idleb a donc connu des scènes de liesse vendredi dernier, fêtant la fin d’une page sombre de leur histoire.

Notons toutefois le silence médiatique, le désintérêt politique mais aussi la difficulté à nommer l’ennemi. Ainsi, si tout le monde convient de dire que Daesh est une organisation terroriste, il n’en va pas de même pour d’autres groupes djihadistes combattants et usant des mêmes méthodes de terreur.