La ALDE fait marche arrière

381

Après avoir été mise en cause par le Rassemblement National pour avoir reçu de l’argent de Bayer-Monsanto, vendeur du controversé glyphosate, l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE) a annoncé renoncer à ses financements privés pour l’organisation de ses congrès.  Une pratique qui est pourtant largement répandue au parlement européen. Au cours de la dernière législature, 92 entreprises ont versé plus d’un million d’euros à cinq grands partis politiques européens. Un problème qui ne se pose pas pour le groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL), le parti européen de Marine le Pen n’a reçu quasiment aucune contribution privée.