Jean Raspail, auteur du roman visionnaire « Le Camp des Saints », s’est éteint ce samedi à Paris

585

L’écrivain, journaliste et explorateur Jean Raspail est mort samedi 13 juin à l’âge de 94 ans à l’hôpital Henry-Dunant à Paris, selon une information du Figaro. Monarchiste convaincu et assumant sa foi catholique, il a marqué la littérature française du 20e siècle par sa plume avec des romans visionnaires comme Le Camp des Saints (1973), récit prémonitoire dans la France de 2050, confrontée à l’arrivée massive de migrants sur ses côtes.

Jean Raspail est l’auteur de nombreux romans, recueils de nouvelles et récits de voyage où il oppose souvent, à un tableau caustique du monde moderne, l’appel des pays lointains et la recherche des derniers survivants des peuples disparus. Dans ses ouvrages, il dresse un constat de la gangrène du monde moderne à laquelle il oppose les innocents et les intrépides qui ont décidé de faire de leurs rêves de la réalité.

En 1973, Jean Raspail publia, entre autres succès littéraires, le livre Le Camp des Saints (Robert Laffont). Un livre visionnaire, évoquant l’invasion migratoire et l’arrivée massive de migrants dans une France des années 2050. La prophétie s’est finalement réalisée (ou commence à se réaliser dès les années 2000).

Il avait récidivé en 2011 lors de la réédition de l’ouvrage, en écrivant : « Paru pour la première fois en 1973, Le Camp des Saints, qui est un roman, relève en 2011 de la réalité. Nous sommes, tous, les acteurs du Camp des Saints. C’est notre destin que ce livre raconte, notre inconscience et notre acquiescement à ce qui va nous dissoudre.
C’est pourquoi, en guise de préface à cette nouvelle édition, dans un texte intitulé Big Other, j’ai voulu, une dernière fois, mettre un certain nombre de points sur les i.»

Jean Raspail fût également auteur de « Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie« , pour lequel il a reçu le Grand prix de l’Académie française.

Son catholicisme traditionnel sert d’inspiration pour beaucoup de ses œuvres utopiques, dans lesquelles les idéologies du communisme et du libéralisme sont vouées à l’échec, et une monarchie catholique est rétablie. Dans le roman Sire, un roi français est couronné à Reims en février 1999, Philippe Pharamond de Bourbon, âgé de 18 ans, descendant direct des derniers rois de France.

« Le consul général de Patagonie n’est plus. Écrivain, explorateur, aventurier, poète… Jean Raspail a marqué la littérature française du XXe siècle. Avant d’être aventurier des mots, l’homme a parcouru les terres isolées. Épaisse moustache, sourcils broussailleux, visage taillé au couteau, Jean Raspail était un être obstiné, fier de ses positions, assumant de ses profonds yeux bleus sa foi catholique et son attachement à la monarchie. Un écologiste royaliste, utopiste et aventurier. Jean Raspail était un romantique » écrit Michaël Naulin pour Le Figaro à son sujet.