Italie : un prêtre se fait égorger par un migrant qu’il aidait

593

Don Roberto Malgesini, 51 ans, « un vrai prêtre de rue » comme le décrivent beaucoup de gens, toujours du côté des derniers, a été poignardé et tué mardi 15 septembre à 7 heures sur la place San Rocco à Côme (Italie). L’attaque a eu lieu dans la maison où vivait le prêtre, qui était originaire de la Valteline. Les secours n’ont servi à rien : lorsque Don Roberto a été trouvé, il était étendu sur le sol avec plusieurs coups de couteau et les secours n’ont pu que constater sa mort.

(…) Le directeur de Caritas, Dom Roberto Bernasconi, dit qu’il était conscient des risques […] : « C’était une personne douce, il était conscient des risques qu’il courait. La ville et le monde n’ont pas compris sa mission ». Il compare le meurtre au martyre : « Il voulait transmettre un message chrétien par sa proximité avec ces gens. C’est une tragédie qui naît de la haine qui monte ces derniers temps et qui est le déclencheur au-delà du coupable qui a fait ce geste. Soit nous cessons de nous détester, soit des tragédies comme celle-ci se reproduiront. J’espère que son martyre pourra contribuer à la révélation de la société« . Et le diocèse du prêtre se souvient de la bonté : « Il était un morceau de pain ». Le maire Mario Landriscina a décidé de proclamer le deuil de la ville.

D’après une première reconstitution, il semble que le prêtre était sur le point de commencer sa tournée de distribution de petits déjeuners. Garée devant la maison du presbytère, sa voiture grise comptait tout le nécessaire. Il a probablement trouvé le meurtrier qui l’attendait : il était sans abri, d’origine tunisienne, âgé de 53 ans.

Hébergé dans un dortoir de la ville, l’homme a eu plusieurs décrets d’expulsion contre lui depuis 2015, le dernier ayant été suspendu à cause de Covid. Il n’avait pas de troubles psychiques certifiés, mais les habitants du quartier et la Curie le décrivent comme une personne instable. On l’a souvent vu devant un supermarché de la région en train de crier ou en état de confusion. C’était quelqu’un que le Dom connaissait et aidait et avec qui il était apparemment en bons termes. Il reste à comprendre ce qui s’est passé entre les deux, car il n’y aurait pas de témoins de l’attaque.

Dom Roberto a été frappé de plusieurs coups de couteau, dont celui qui a été fatal au cou : le corps se trouvait à une vingtaine de mètres de la voiture, dans une petite clairière où se trouvent habituellement les migrants. Après avoir blessé mortellement le prêtre, le meurtrier s’est rendu à pied à la caserne des Carabiniers, à quelques centaines de mètres de San Rocco. L’arme utilisée pour le meurtre a également été trouvée près de là.

Repubblica.it / Il primato nazionale