Incendie de Lubrizol : plusieurs pompiers présentent des bilans hépatiques perturbés

1012

Après avoir effectué des analyses sanguines, au moins cinq pompiers qui sont intervenus lors de l’incendie de l’usine chimique de Lubrizol, à Rouen le 26 septembre dernier, présentent des « bilans hépatiques perturbés » au niveau du foie ou des reins, selon France Bleu Normandie. Selon Le Parisien, une dizaine de bilans sanguins présenteraient des résultats anormaux pour le foie avec des niveaux de transaminases (enzymes présentes dans les cellules) trois fois supérieurs à la normale, ainsi que des perturbations de la fonction rénale. Les 900 combattants du feu intervenus sur l’incendie sont suivis de près par des équipes médicales.

Le porte-parole du SDIS 76, Chris Chislard, tempère ces résultats : « Ce n’est pas alarmant du tout, ce qu’il faut vraiment voir, c’est combien [de pompiers] vont être impactés à la deuxième prise de sang ». Selon lui, « il fallait faire une première prise de sang dite ‘blanche’, dans les 21 premiers jours après exposition sur Lubrizol. C’est la deuxième prise de sang, qui aura lieu à 30 jours, qui nous montrera si oui ou non il y a des choses qui sont passées dans le sang, dans les reins, et qui nous montreront la problématique d’exposition à quelque chose de toxique sur le site de Lubrizol ».

Et si pour l’heure, on ne peut pas établir de lien direct entre ces résultats et l’incendie de l’usine chimique, certains pompiers ont bien l’intention de porter plainte.