Hong Kong : vers un affrontement sino-étasunien ?

759

Donald Trump soutient les manifestants hongkongais ! C’est un nouvel épisode dans l’opposition sino-étasunienne qui pourrait un peu plus crisper l’économie mondiale.

Nouvelle passe d’arme entre Washington et Pékin !

Donald Trump a promulgué mercredi une loi de soutien aux libertés à Hong Kong, une nouvelle législation qui ne sera pas sans conséquence pour les négociations sino-étasunienne pour apaiser les conflits commerciaux qui engagent les deux premières puissances mondiales. 

Le document signé par le président se nomme « Hong Kong human rights and democracy act » et a été adopté à l’unanimité par le Sénat. Pékin a de son côté dénoncé une ingérence grave dans les affaires intérieures de la Chine et une violation du droit international. Le ministre des Affaires Étrangères de l’Empire du Milieu a également évoqué un complot américain voué à l’échec… illustrant ainsi le changement de vocabulaire dans ce conflit et qui rappelle parfois les échangent d’amabilité médiatique de la Guerre froide.

La Chine Continentale, en difficulté électorale après les élections qui ont vu l’opposition l’emporter largement à Hong Kong est également en délicatesse au niveau international avec les récentes révélations de l’existence de camp de minorités musulmanes ouighours,  notamment dans la région du Xinjiang… des camps de ouïghours mais aussi de kazakh et de kirghizes. Si les informations sur ces détentions demeurent assez floues, le raidissement de l’Etat chinois et de son leader Xi Jinping depuis plusieurs années permettent d’envisager le pire.

Promettant des ripostes à un texte étasunien qu’ils conçoivent comme une provocation, les autorités chinoises pourraient bien en rester aux simples déclarations d’hostilités symbolique, la domination étasunienne demeurant la règle en matière internationale. Reste que si l’Etat chinois envisage un affrontement plus dur, c’est l’ensemble de l’économie mondiale qui fera les frais de cette opposition sino-étasunienne, l’Europe notamment. 

Côté américain, une opposition frontale serait aussi risquée mais le président Trump, faisant face à une procédure de destitution, pouvait difficilement refuser de promulguer une loi soutenue par toute la classe politique étasunienne. 

Cette nouvelle passe d’arme entre les deux plus grandes puissances du monde ne semble être une bonne nouvelle pour personne. En effet, difficile d’imaginer Pékin baisser la garde à Hong Kong ou mettre un terme à la persécution des minorités ethniques et religieuses… côté étasunien, les impératifs de la campagne présidentiel de 2020 devraient empêcher tout déplacement de pions trop risqué dans ce jeu d’échec géopolitique. On peut donc s’attendre, sauf rebondissement, à un pourrissement de la situation à Hong Kong, pourrissement qui devrait profiter à Pékin. 

Illustration : Flickr