HLM Paris Habitat : un limogeage qui coûte plus de 850 000 euros

256

Contribuables associés : – Parachute doré. Vous pouvez avoir gravement entaché la gestion d’une administration, dépensé sans compter l’argent public et être ainsi, vous pouvez quand même partir avec une belle somme. Dernier exemple en date : l’OPHLM de la ville de Paris

On allait voir ce qu’on allait voir. Une fermeté implacable. C’est ainsi qu’Anne Hidalgo, le maire de Paris, avait présenté les sanctions qu’elle prenait à l’encontre de dirigeant de l’office HLM Paris Habitat : le directeur général et deux cadres. Des sanctions – en l’espèce des limogeages – prises en 2016 suite aux révélations par Marianne quant aux pratiques de l’office : « Surfacturations, absence de contrôle sur les travaux, présence dans les logements de hauts fonctionnaires dont les revenus dépassent largement les plafonds… » A commencer par le directeur général adjoint de l’office, Gilles Romano, qui occupait depuis 2000 un logement de Paris Habitat, un quatre pièces dans le 12e arrondissement pour un loyer de 1 000 euros par mois, alors que son salaire était de 9 000 euros mensuels.

Pourtant, dans son édition du 27 mars 2019, Le Monde affirme que les limogeages ont in fine coûté plus de 850 000 euros. Élément indiqué dans un rapport de l’Agence nationale de contrôle du logement social. Ces 850 000 euros correspondent à un parachute doré versé aux cadres limogés de Paris habitat. Le principal bénéficiaire est l’ancien directeur général de l’office HLM, Stéphane Dambrine. En effet, lors de sa prise de fonction, il avait négocié un parachute doré de 500 000 euros, y compris en cas de licenciement. Et ce alors que la Mission interministérielle d’inspection du logement social avait déclaré son contrat de travail irrégulier…

Contribuables associés