Grèves à Noël : La macronie s’en fout !

750

Alors que l’on vient de dépasser les 22 jours de grève et de paralysie dans les transports en commun, le ministre Elisabeth Borne s’offre un Noël à Marrakech. Une belle démonstration de la vie dans le monde Macron. Si les grèves ont compliqué les fêtes de Noël pour vous ou votre famille, rassurez-vous, le gouvernement les a quant à lui très bien vécues. Si certains ont essayé de faire profil bas, d’autres n’avaient pas décidé d’accepter les sacrifices imposés aux Français.

Le ministre des Transports prend l’avion pour se rendre au Maroc

S’ils n’ont pas de train, qu’ils prennent l’avion… Si la phrase originale est indûment prêtée à Marie-Antoinette, celle-ci pourrait bien sortir de la bouche du Ministre des Transports, Elisabeth Borne. Alors que la crise contre la réforme des retraites portée par le gouvernement ne faiblit pas, y compris pendant les fêtes, le ministre de la Transition écologique qui chapeaute le secrétaire d’état aux transports s’est offert des vacances à Marrakech. 

Un voyage qui passe mal au vu des désagréments dus à la grève qui dure depuis plus de 20 jours et risque bien de se prolonger puisque une nouvelle manifestation est déjà prévue le 9 janvier prochain. 

Si le gouvernement s’est défendu en estimant que Marrakech n’était qu’à trois heures d’avion de Paris et qu’Elisabeth Borne restait joignable pendant que Jean Baptiste Djebbari, le secrétaire d’Etat aux transports, était quant à lui au travail, ce déplacement du ministre est avant tout une nouvelle démonstration de la fracture entre les élites de l’exécutif et les Français. En effet, quand les seconds ont pour beaucoup dû renoncer à célébrer Noël en famille à cause des blocages dans les transports ferroviaires, l’ancienne directrice de la stratégie de la SNCF a quant à elle eu le loisir de se reposer au soleil avec ses proches. 

De même, l’injonction écologique du gouvernement et ses courbettes devant Greta Thunberg invitée en grande pompe à l’Assemblée nationale contraste avec l’utilisation régulière de l’avion pour les déplacements privés de l’exécutif. 

Remplaçante express de François de Rugy, épinglé pour ses dîners fastueux entre homard et château Yquem, Elisabeth Borne a donc également le droit à sa polémique. Une polémique qui montre avant tout que les grèves n’ont de répercussion que pour le peuple et que les blocages institués par les syndicats font davantage monter la pression sur le quotidien des Français que sur celui de l’exécutif.

Ce sujet sera abordé lors du JT de TV Libertés de ce soir.