Grève du 5 décembre : une journée test réussie

283

Cortèges d’ampleur à Paris et dans toute la France, débordements de Black blocs ici et là… la grève du 5 décembre a tenu ses promesses. La RATP et la SNCF prolongent le mouvement… mouvement qui pourrait bel et bien durer.

Au moins 200.000 personnes dans les rues

La grève du 5 décembre a vu plusieurs dizaines de milliers de personnes descendre dans les rues un peu partout en France, avec au moins 200 000 manifestants lors de cette première journée de mobilisation. 

Comme toujours le nombre exact de manifestant sera sujet à débat. Le Ministère de l’Intérieur, qui a tout intérêt à minorer les chiffres et qui ne se gêne jamais pour travestir la réalité des manifestations, évoque un petit 180 000 manifestants à midi, les renseignements territoriaux prévoyaient de leur côté 270 000 personnes les estimations syndicales étant naturellement beaucoup plus élevées.

La guerre des chiffres concernait aussi le taux de gréviste… avec le ministère de l’éducation et ses 51,15 % dans le primaire et 42,32 % dans le secondaire… quand les syndicats revendiquent en tout plus de 70 % pour l’ensemble de la profession. EDF aurait pour sa part vu plus de 40 % de ses effectifs se mettre en grève. 

Quoi qu’il en soit, les images des cortèges parisiens et de région font état d’une mobilisation de grande ampleur. Et pour cause, les organisations syndicales contestataires CGT, FO, FSU et Solidaires ainsi que les partis politiques de gauche avaient battu le rappel pour ce qui pourrait constituer un deuxième bras de fer social après les mobilisations de Gilets Jaunes. 

La grève reconduite jusqu’à lundi

La RATP a d’ores et déjà reconduit son mouvement de grève jusqu’à lundi… la SNCF jusqu’à vendredi… ces entreprises devraient être suivies par d’autres secteurs ou professions.

Les chefs de file des principaux syndicats étaient en tout cas bien présents… Philippe Martinez de la CGT en tête.

Même son de cloche côté FO avec Yves Veyrie (Force Ouvrière)

Enfin, Jean-Luc Mélenchon était aussi de la partie, à Marseille, ce dernier pourrait profiter d’un pourrissement de la situation pour se refaire la cerise après une séquence politique difficile. 

Côté usagers, certain on profité de l’occasion pour prendre des congés, d’autres se sont organisés en covoiturage ou ont profité du télétravail… enfin, les plus chanceux, à Paris notamment, ont pu prendre les transports en communs en état de marche et profiter d’un véritable désert sur les lignes, de nombreux français n’ayant pas voulu prendre le risque d’être confrontés à une saturation. 

Black blocs et extrême gauche violente au rendez-vous

Coté rue, des scènes de violences ont été vues à Nantes avec les fameux « Black blocs »… 

Des groupes autonomes d’extrême gauche ont d’ailleurs parfois été très mal accueillis par les manifestants, ici par exemple à Nantes :

La première charge d’importance de ces groupes autonomes pour cette journée revient cependant à la ville de Lyon !

A Paris, le dispositif policier était prévu à hauteur de 6 000 personnels. 6 300 contrôles préventifs auraient eu lieu dans la capitale avec une trentaine d’arrestation à la mi-journée. Et comme toujours, des saisis de matériel ont été exhibés sur les réseaux sociaux par les services de police quand des manifestants, mais aussi des journalistes, se plaignaient de leur côté d’interpellations illégitimes.

Des images qui ne manqueront pas de faire débat… tout comme celle d’une pinata à l’effigie d’Emmanuel Macron qui donnera de l’eau au gouvernement pour défendre le président de la république.

Si la guerre des images semble déclarée, une fois les manifestants retournés chez eux, la guerre des chroniqueurs, analystes et politiques en tout genre prendra le relais. 

Le premier ministre a de son côté annoncé qu’il dévoilera l’architecture du projet de réforme en milieu de semaine prochaine avant d’ajouter que le gouvernement ne lâchera pas… ne lâchera pas on se sait quoi puisque les contours du texte ne sont même pas définis…

En attendant la suite des événements après cette première mobilisations qui a vu le camp de la contestation compter ses troupes, certains signaux peuvent déjà inquiéter le gouvernement avec notamment 7 des 8 raffineries du pays qui se sont mises en grève.

Ce sujet sera abordé lors du JT de TV Libertés de ce soir