Grèce. Une nouvelle église attaquée par des migrants à Lesbos

871

En plus de la gestion problématique des milliers de migrants ne cessant d’arriver sur ses îles, la Grèce doit aussi faire face à la dégradation d’édifices religieux par ces derniers. Dernier cas en date à Lesbos il y a quelques jours.

Une église de Lesbos attaquée par des migrants

Les nerfs des quelques 86 000 habitants de Lesbos sont mis à rude épreuve depuis que cette île de la mer Égée, située à quelques kilomètres des côtes turques et donc particulièrement confrontée aux arrivées de migrants, connaît une situation délétère due à la présence de ces mêmes migrants, entassés par ailleurs dans des camps surpeuplés.

Un climat intenable qui est aussi alimenté par les exactions régulières de ces clandestins extra-européens. C’est ainsi que récemment, une église se trouvant à proximité du camp de Moria a été la cible de jets de grosses pierres de la part de migrants. Des vitres ont été cassées et d’autres dégâts sont à déplorer.

Grèce

Grèce

Édifices religieux grecs : la suite d’une longue série d’attaques

Ces dégradations ne sont pas une nouveauté à Lesbos. Depuis plusieurs mois, d’autres lieux sacrés ont eux aussi subi des attaques sur l’île. Qu’il s’agisse de l’église Sainte-Catherine, de l’église Saint-Raphaël ou encore de l’église de la Vierge Marie de Tsiradou, toutes saccagées ou vandalisées par des migrants.

Des actes qui, pour ceux en doutant encore, interrogent sur la volonté d’intégration et d’adaptation de ces extra-européens choisissant délibérément de s’en prendre à des symboles de la civilisation européenne.

Enfin, les autres États européens sont restés très silencieux sur le sujet des attaques d’édifices religieux en Grèce. Seule la Hongrie a apporté une aide de 30 000 dollars pour contribuer à la restauration des églises de Lesbos.

Dans un autre registre, au mois d’avril dernier, des migrants avaient cette fois décidé d’abattre quelques 5 000 oliviers à Lesbos. Un autre signe de respect manifeste envers l’identité grecque…

une église transformée en latrines par des migrants illégaux

L’église orthodoxe Sainte-Catherine de Moria, une petite ville de l’île de Lesbos, fut vandalisée au début du mois de mai par des migrants illégaux. Cette ville abrite un camp de migrants illégaux de près de 25 000 individus sur les 50 000 qui se trouvent à Lesbos. Non content de ce vandalisme qui a touché tant d’églises dans l’île, les migrants ont transformé Saint-Catherine en latrines improvisées voici deux semaines. La Hongrie vient d’allouer 30 000 US$ à la restauration des églises détruites à Lesbos. Un geste qui mérite s’être signalé et souligné…

via Breizh Info / L’Observatoire de la christianophobie / Images : Greekcitytimes