Gilets Jaunes : L’Acte V menacé?

158

Suite à l’attentat meurtrier de Strasbourg, la pression s’accentue sur les Gilets Jaunes pour qu’ils rejoignent les négociations et renoncent à un « Acte V » samedi.

Le gouvernement n’a pas décidé d’interdire les manifestations mais le porte-parole Benjamin Griveaux a appelé les Gilets Jaunes à être raisonnables après le drame de Strasbourg. Pour Richard Ferrand, président LREM à l’Assemblée nationale, il est temps que le mouvement cesse, se satisfaisant des « réponses massives » apportées à la crise par l’exécutif.

« On ne se sent pas concernés, par ça, les attentats. C’est pour nous faire peur. On ne changera rien », déclare mercredi « Mamyray », une Gilet Jaune de 65 ans de Rennes. Pour bien d’autres Gilets Jaunes, il est impensable d’envisager une trêve quelconque et l’acte V est maintenu malgré les tentatives de minimisation du mouvement par la presse « mainstream ».