Faut-il avoir peur du nouveau virus chinois ?

696

De plus en plus d’inquiétudes autour du virus chinois. Avec au moins 17 morts, les autorités s’inquiètent de la propagation de ce dérivé du SRAS, le syndrome respiratoire aigu sévère. Un virus dont les caractéristiques comme les véritables dangers sont encore méconnus.

La Chine affronte un mystérieux virus qui tue

Une dizaine de personnes serait déjà décédée de ce mystérieux cousin du SRAS, le syndrome respiratoire aigu sévère lié au coronavirus. La souche proviendrait de la ville de Wuhan, situé au centre de la Chine, autour d’un marché aux poissons, où les conditions d’hygiène laissent souvent à désirer. Alors que les autorités chinoises viennent d’annoncer lors d’une réunion de crise le chiffre de 17 morts et plus de 440 infections, les questions sans réponse s’amoncellent. En effet, le laps de temps entre les premiers symptômes de la maladie, – une toux ordinaire et un état fiévreux-, et l’identification en tant que telle de la souche responsable laisse craindre une accélération de la propagation. Un premier malade identifié aux Etats-Unis, sur la côte Nord-Ouest Pacifique, n’aurait eu de contact avec aucune des personnes identifiées comme malades de ce virus. 

Pour l’heure, aucune information n’est établie quant à la durée d’incubation du virus et à sa contagion, mais des patients porteurs sans symptômes apparents pourraient contaminer d’autres personnes, puisque la contagion entre humains ne fait aujourd’hui plus aucun doute. Dans ce cadre, les annonces des autorités pourraient avoir un décalage de plusieurs jours avec la réalité des contaminations. C’est ce qu’expliquait en toile de fond la communication des autorités chinoises.


Un dossier particulièrement difficile à traiter pour la Chine

Outre une densité de population très importante, la Chine s’apprête à fêter le nouvel an lunaire, une période où les voyages et les transferts de populations sont particulièrement importants. Les autorités ont donc communiqué sur les mesures à prendre. Les 11 millions d’habitants de Wuhan ont été invités à ne pas sortir et à l’inverse, il est déconseillé de s’y rendre depuis l’extérieur. Par ailleurs, aucun animal vivant n’est autorisé à entrer.

Pour l’heure, selon Santé Publique, des cas ont été détectés en Thaïlande, en Corée du Sud, au Japon et chaque malade aurait eu un lien direct avec le foyer de transmission. En France, si les réseaux sociaux évoquaient possiblement l’arrivée d’une femme à Lyon avec des symptômes, rien n’est confirmé pour le moment. La Chine avait déjà connu une épidémie de Sras en 2003, qui avait fait près d’un milliers de morts dans le monde. Un chiffre qui vient donc nuancer les risques réels d’une épidémie mondiale.

Ce sujet sera abordé lors du JT de TV Libertés de ce soir