Emmanuel Macron veut les noms de “500 personnalités Noires ou Arabes” pour rebaptiser des rues, dresser des statues : nouveau piège du communautarisme ethnico-religieux ?

1210

VA – Macron souhaite disposer d’une liste de “300 à 500 personnalités historiques Noires ou Arabes” pour rebaptiser certaines rues, dresser des statues. Cette démarche inaugure un nouveau piège du communautarisme ethnico-religieux, affirme notre chroniqueur Grégory Roose.

Lors de son entretien accordé au média ultra-progressiste Brut, le président de la République, Emmanuel Macron, a appelé à constituer une liste de 300 à 500 noms de personnalités Noires ou Arabes pour les honorer dans l’espace public. Cet appel à l’action, au-delà de son caractère profondément clivant pour notre pays, est un formidable exemple de l’ambivalence politique de Macron, caractérisée par son fameux « et en même temps ». S’il a assuré ne pas « croire en la cancel culture », phénomène venu des Etats-Unis qui consiste à bannir les individus au comportement idéologique considéré comme problématique ou à annuler toutes les représentations mémorielles s’y référant, il a pourtant affirmé son exact contraire dans la même phrase en déclarant qu’ « il y a toute une part de notre histoire qui parle à notre jeunesse qui est noire, venant d’Afrique ou ultra-marine ou maghrébine et qui a ses héros », mais qui n’est pas représentée dans l’espace public. Comme pour mieux déconstruire le sentiment d’appartenance à la nation, Macron appelle donc à bannir de nos rues le nom de héros qui ont forgé la France pour y substituer ceux de personnalités « noires et arabes », comme pour mieux flatter les identités ethniques allogènes et nourrir le communautarisme.

(…) Lire la suite sur Valeurs actuelles